Ruptures de stock, le LEEM favorable à une concertation

Comme l’ensemble des parties prenantes (associations de patients, professionnels de santé, autorités de santé), le LEEM, organisation représentative des entreprises du médicament, affirme sa préoccupation sur les tensions d’approvisionnement pouvant conduire à des ruptures. Les industriels revendiquent la mise en place de mesures de suivi renforcé de leurs stocks pour anticiper les risques de rupture. Une collaboration active avec l’ANSM permet d’informer sur les situations de tensions et de proposer des solutions alternatives aux patients. Des plans de gestion des pénuries pour les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur sont établis et les professionnels mettent à disposition des centres d’appel d’urgence. Néanmoins, l’augmentation des ruptures d’approvisionnement est une réalité, en France comme à l’étranger. Selon le LEEM, les situations sont difficiles à prévenir car les ruptures d’approvisionnement sont d’origines multifactorielles, peuvent mettre en cause chaque acteur de la chaîne du médicament et seule une réponse collective permettra d’aborder le problème dans toutes ses dimensions. De ce point de vue, la mission sénatoriale sur les « ruptures d’approvisionnement de médicaments et de vaccins » a formulé un certain nombre de propositions qui pourraient constituer une base de travail à la concertation approfondie qui s’impose. « La priorité des entreprises du médicament est de mettre à la disposition des patients leurs traitements en toute sécurité et dans les meilleurs délais. Le LEEM s’engagera aux cotés des pouvoirs publics pour mettre en place un plan d’action partagé avec l’ensemble des parties prenantes afin d’apporter des réponses concrètes aux ruptures d’approvisionnement dans un esprit d’écoute et de concertation », a indiqué Philippe Tcheng, Président du Leem.

Source : Communiqué du LEEM 29/10/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire