Interpro : du rêve à la réalité

« Interpro : du rêve à la réalité », tel était le titre de la première plénière du congrès national des pharmaciens qui s’est tenu ce weekend à Strasbourg.
Le plan « Ma santé 2022 » intègre les territoires et l’interprofessionnalité à la stratégie de santé mais où en sont les acteurs de terrain ?
L’ACIP (accord conventionnel inter professionnel), accord-cadre signé entre l’Assurance maladie et la majorité de syndicats de professions de santé pour une durée de 5 ans, se déclinera dans les différentes branches en conventions qui fixeront la rémunération des actes de coordination. « L’ACIP vient en surplomb de tous les accords, détermine un axe stratégique, engage les professionnels sur le principe d’exercice coordonné généralisé dont l’objectif est d’améliorer la prise en charge en ville mais aussi à l’hôpital », a rappelé Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie. Sur le principe, cette interprofessionnalité peut prendre toutes les formes pour être au plus près des patients et des communautés de professionnels de santé. Bien sûr, la coordination professionnelle existe depuis longtemps sur le terrain entre pharmaciens et médecins, pharmaciens et infirmières…, Il s’agit aujourd’hui de franchir une nouvelle étape qui formalise les relations et les organise autour du patient pour plus de maintien à domicile, plus de fluidité dans le parcours de soins. Cette avancée requiert des outils et des ressources. Les ARS sont là pour faciliter la dynamique interprofessionnelle, aider à développer le travail d’équipe à partir de l’officine, autour du diabète ou du sevrage tabagique par exemple. Tous les projets sont accueillis au sein d’un guichet unique ARS/CPAM qui pourra allouer des moyens financiers et financer la coordination par des actions concrètes. Réduction de la durée de séjour des personnes âgées à Nancy, amélioration de la prise en charge du diabète dans le Bas-Rhin, la mesure du résultat de la coordination interprofessionnelle est essentielle pour les professionnels eux-mêmes en premier lieu. Le DMP qui bénéficiera d’une nouvelle campagne auprès des patients début novembre et sera enrichi de l’historique des remboursements en sera l’outil pivot. Le « Travailler ensemble » est une véritable aspiration des pharmaciens qui en ont déjà l’expérience au niveau de l’officine. Pour Philippe Gaertner, président de la FSPF « La profession doit maintenant veiller à simplifier les évolutions pour dégager du temps aux pharmaciens, leur donner des boites à outils et s’appuyer sur ceux qui auront mené des projets réussis ». 

Source : Congrès national des pharmaciens 20/10/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires