Expérimentation pharmacie de premier secours dans l’Aude

Afin de répondre à la problématique de l’accès aux soins, en particulier dans les zones rurales où il manque cruellement de médecins, Marc Alandry, pharmacien à Couiza dans l’Aude, se bat pour faire évoluer le rôle de la pharmacie dans les zones isolées vers une « pharmacie de premier recours ». Marc Alandry s’est mobilisé pour sensibiliser les patients, les médias ainsi que le ministère de la Santé sur les risques qui pèsent sur les pharmacies d'officine de premier recours, en lançant une pétition en février dernier. Il a remis le 10 octobre à Mireille Robert, députée de l’Aude, membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, les 45 580 signatures obtenues. L’idée de faire évoluer le rôle actuel de la pharmacie d’officine vers une pharmacie dite « de premiers recours » a fait émerger un projet d’expérimentation. Ce projet porté par l’URPS Occitanie, la FSPF et l’APR, avec le soutien de Mireille Robert se place dans le contexte du décret n° 2018-841 du 3 octobre 2018 relatif aux conseils et prestations pouvant être proposés par les pharmaciens d'officine dans le but de favoriser l'amélioration ou le maintien de l'état de santé des personnes. Dans ce contexte, le projet vise à une expérimentation (article 51) sur un territoire de santé en région Occitanie pour réaliser une « Proof Of Concept » (POC) portant sur un nouveau rôle des pharmaciens dans le premier recours au service des parcours de soins des patients, avec trois axes de travail : la prise en charge de soins de premier recours, la permanence des soins et la prévention. Cette expérimentation couvrira une zone correspondant à deux communautés de communes du Limouxin et de la Haute-Vallée de l’Aude, soit environ 70 communes. Cette zone comprend 17 pharmacies éligibles au projet. Conformément à l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, cette expérimentation se déroulera sur 30 mois (lancement début 2019) avant une généralisation possible en fonction des résultats du bilan médico-économique. 

Source : Dossier de presse FSPF 10/10/2018 
Commentaire
maignan pharmacien
15/10/2018
Il faut que Marc et l'Association de Pharmacie Rurale veillent à ce que les cabines de consultation à distance soient prioritairement réservées aux phies de "désert médicaux".: Campagnes ,Montagnes, Quartiers desherités.--Car si les 22 000 officines s'y mettent, la Consultation à Distance sera vite saturée et donc gravement inutilisable-- maignan
Ajouter un commentaire

Articles similaires