Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été conduite par le service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, l'Inserm et la Sorbonne Université. Ce travail mené par le Pr Eric Caumes (AP-HP) et publié sur le site de Clinical infectious Diseases montre que « plus de 80% des patients ont été diagnostiqués avec une pathologie différente et que le traitement antibiotique administré avant ou après le diagnostic supposé de maladie de Lyme été inefficace dans 80% des cas ».
Parmi les 301 patients, 275 (91%) avaient été exposés à des morsures de tiques et 165 (54%) avaient été mordus par une tique. À la première consultation dans le service hospitalier, la moitié des patients (50,1%) avaient déjà reçu un traitement antibiotique ou anti-infectieux durant une durée moyenne de 34 jours (28-730), à raison de 1 à 22 traitements différents par patient. À l’issue de cette étude, la maladie de Lyme a été confirmée chez 29 patients (9,6%) et a été jugée possible chez 9 (2,9%) d'entre eux. Une autre maladie a été diagnostiquée chez 80% des patients, souffrant de problèmes psychologiques (31,2%), de maladies rhumatismales ou musculaires (19%), de maladies neurologiques (15,2%) ou d'autres pathologies (33,7%).
Les recommandations relatives à la maladie de Lyme publiées par la HAS en juin dernier avaient été sévèrement critiquées par certains spécialistes, dont le Pr Eric Caumes qui a conduit cette étude, soulevant des problèmes de prise en charge inappropriée des patients, avec notamment une proportion importante d'erreurs diagnostiques.
 
Source : Communiqué AP-HP 24/09/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire