Androcur : vers un nouveau scandale sanitaire ?

Cinq femmes traitées par Androcur et opérées d'une tumeur avec pour certaines des séquelles importantes, dont l'incapacité à travailler, ont décidé de se pourvoir en justice pour obtenir des indemnisations.
Ces cinq femmes, traitées avec l'Androcur à doses importantes et au long cours pour des problèmes de pilosité ou de dérèglement hormonal, ont toutes été opérées d'un méningiome, a affirmé à l'AFP leur avocat Me Charles Joseph-Oudin qui prévoit, au nom de ses clientes une procédure rapide au civil d'ici mi-octobre contre Bayer et l'ANSM.
L'objectif est d'obtenir la désignation d'experts judiciaires qui doivent évaluer le rôle de l'Androcur dans l'apparition des méningiomes en vue d'éventuelles indemnisations. Me Charles Joseph-Oudin estime que le ministère de la Santé et l'ANSM devraient organiser « une offre de soins adaptée » pour les femmes traitées par ce médicament et qui s'inquiètent, dont au moins une consultation chez un neurologue pour celles qui reçoivent de fortes doses.
De son côté, Agnès Buzyn a invité les patients qui prennent de l’Androcur à se rapprocher de leur généraliste en raison des risques liés à ce médicament, « tout en soulignant qu'il n'y avait pas d'urgence ». « Ce n'est pas un cancer. Ce n'est pas un scandale sanitaire », a déclaré la ministre au quotidien CNEWS. Sur son site, l'ANSM indique que « pour toute question, les patients sont invités à se rapprocher de leur médecin ou de leur pharmacien. Ils ne doivent en aucun cas arrêter leur traitement sans l'avis d'un médecin ».

Source : AFP 15/09/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires