VIH : la PrEP efficace à 100% ?

Les premiers résultats de l’étude ANRS-Prévenir, menée par le Pr Jean-Michel Molina de l’hôpital Saint-Louis (Paris), pour évaluer l’efficacité de la PrEP sur l’épidémie de VIH en Ile de France, ont été présentés hier lors de la Conférence internationale sur le sida à Amsterdam.
La PrEP consiste à prendre des comprimés de Truvada ou ses génériques pour faire barrage au virus alors qu’on est séronégatif.
L’étude a porté sur 1 435 volontaires, non infectés par le VIH, essentiellement des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Ces volontaires ont été recrutés et suivis du 3 mai 2017 au 1er mai 2018 par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) et l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).
Parmi les volontaires, 44 % ont pris un comprimé de Truvada ou un générique tous les jours et 53 % l’ont pris « à la demande », c’est-à-dire avant un rapport sexuel à risque. Par ailleurs, 20 % des participants à l’étude se protégeaient également avec un préservatif.
Après un an d’observation, aucun cas d’infection par le VIH n’a été notifié, quel que soit le mode d’administration du médicament. Le traitement a donc eu, en un an, en région parisienne, une efficacité totale, alliée à une bonne tolérance.

« En matière de prévention, le préservatif est la norme pour le grand public. Mais il faut admettre qu’il ne convient pas à tous. La PrEP, elle, s’adresse aux personnes qui n’utilisent pas le préservatif malgré tous les messages de prévention », explique le Pr Gilles Pialoux, infectiologue à l’hôpital Tenon (Paris) qui participe à l’étude.
L’étude doit maintenant être renforcée avec le recrutement d’autres profils de patients, notamment des femmes hétérosexuelles à haut risque d'infection par le VIH, et de jeunes homosexuels hommes de moins de 25 ans. 1 500 volontaires sont recherchés d’ici 2019.
En France, en 2016, 153 000 personnes vivent avec le VIH. Parmi elles, 25 000 ignorent qu’elles sont séropositives. Chaque année, environ 6 000 personnes découvrent qu’elles sont séropositives, dont 27% à un stade avancé. Un chiffre stable depuis 2011.

Source : France Info 24/07/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire