NON aux médicaments distribués en grande surface !

Alors que des recommandations devraient être publiées d’ici janvier prochain sur l’ouverture du monopole des pharmacies, et que les conclusions des commissions d’enquêtes parlementaires n’ont pas encore rendu leurs conclusions dans l’affaire Lactalis, Michel-Edouard Leclerc demande la vente des médicaments dans ses supermarchés.
Réaction de l’USPO : « La dispensation des médicaments en pharmacie d’officine dans un espace réglementé est indispensable pour sécuriser et accompagner les patients dans leur parcours de soins ». Pour Gilles Bonnefond « Le médicament, même de prescription médicale facultative, ne sera jamais un produit de consommation comme les autres ». Le syndicat refuse la banalisation des médicaments et les risques qu’elle pourrait faire prendre aux patients.
Autres arguments du syndicat, le maillage pharmaceutique répond déjà aux besoins de santé de la population et le réseau permettrait de délivrer, avec traçabilité et en toute sécurité, l’ensemble des laits maternisés premier âge sans avoir besoin du circuit de la grande distribution qui a montré toutes ses limites et ses risques. 1 250 pharmacies assurent la permanence toutes les nuits, les dimanches et les jours fériés sur l’ensemble du territoire. Elles dispensent des médicaments à des prix compétitifs et parmi les moins chers de l’Union européenne, sans compter la confiance de la population française dans le professionnalisme et les compétences des pharmaciens d’officine.
Le discours de la grande distribution n’est pas en phase avec la politique de sécurité autour du médicament et de la stratégie de transformation du système de santé qui s’appuient sur le réseau pharmaceutique.
Conclusion de Gilles Bonnefond « M. Leclerc doit arrêter de se prendre à la fois pour le Président de la République, le Ministre de l’Économie, le Ministre de la Santé, le Directeur de la DGCCRF ou le Président de l’Autorité de la concurrence ». 

Source : Communiqué USPO 29/06/2018
Commentaire
HERVE Maurice
03/07/2018
Je suis, bien sûr, CONTRE la banalisation et la vente en grande surface des médicaments. Risque de mésusage, de surdosage, d'incompatibilité, que sais-je encore... Et pourquoi pas une pétition d'ordre national CONTRE la distribution en grande surface ???
canard déchainé
02/07/2018
vu les réformes signées par nos fameux syndicats , entrainant la fermeture progressive de pharmacies , normal que Leclerc se propose de nous venir en aide pour réparer les maillages ! pfff
Pierre GENTILINI
02/07/2018
Entièrement d'accord. Mais il faut surtout arrêter (et pour cela le dénoncer par médias interposés, régulièrement aux heures d'écoute) le Lobbying qui existe entre certains grands groupes ( dont fait parti Mr LECLERC ) et nos élus. Surtout quand nos députés votent de nouvelles lois pour favoriser ces derniers dans un but mercantile. Nous en avons assez de ce copinage déguisé sur fond " il faut respecter la loi". Un citoyen qui en a marre de cette hypocrisie.
Ajouter un commentaire