Juin : vers une stabilisation de la rémunération du réseau ?

L’USPO transmet et commente le bilan économique des médicaments remboursables pour le mois de juin.
Côté baisses : le nombre d'unités délivrées baisse de 2,6 millions (- 1,21%). Le nombre d'ordonnances et d'ordonnances de 5 lignes et plus recule d'environ 3 %.
Côté hausses : le chiffre d'affaire grimpe de 42,6 millions (+2,01 %), grâce notamment aux médicaments très chers mis sur le marché ces derniers mois.
Résultat : malgré la baisse d'unités délivrées, la rémunération du réseau se stabilise.
« Sur les 6 premiers mois de l'année, le chiffre d'affaire a augmenté de 106,6 M€ (0,84 %). Le nombre d'unités délivrées est en baisse de 1,62 % (-21,4 M), entraînant une perte de rémunération de 12,4 M€ (- 0,48 %). Le gain de marge de la réforme en cours n'aura pas été suffisant pour compenser la perte des honoraires de dispensation de 1 € à la boite. Les 21,4 millions d'unités non délivrées ont entraîné une perte d'honoraires d'au moins 21,4 M€, pertes largement atténuées par le gain de marge. Nous enregistrons une perte d'unités délivrées divisée par 1,5 par rapport à l'an dernier, pour une perte de rémunération divisée par 7,5, malgré les baisses de prix » analyse le syndicat.
La rémunération par unité délivrée est, pour les 6 premiers mois de l'année en hausse de 1,16 %, et par ordonnance de 2,5 % alors qu'elle était en baisse continue depuis plusieurs années.
Les pertes enregistrées sont uniquement dues aux pertes d'unités délivrées. « Sur l'année 2015 la perte d’unités délivrées était de 22,6 M d'unités, entraînant une perte de 118,4 M€, soit quasiment 10 fois plus » compare Gilles Bonnefond.

Source : USPO 20/07/2018
Commentaire
CF
27/07/2018
La perte rémunération est de 12,4 millions d’euros pour l’ensemble du réseau... mais l'autosatisfaction est de rigueur pour l'UPSO....de plus en plus éloigné des réalités rencontrées par les officinaux.. La fabrication d'honoraires liées aux nombres de boîtes, aux nombres de lignes par ordonnances ne peut qu'amener qu'à la baisse des revenus, puisque les conditionnements deviennent trimestriels, les nouveaux médicaments regroupent plusieurs principes actifs, les médecins ont une ROSP sur la baisse de prescription... Quand aux entretiens pharmaceutiques chronophages, ils sont de fait réservés aux seules officines avec du personnel diplômé... Si la mutation de la profession est basée sur l'officine de plus de 4 millions de C.A. cela marque bien de la part de l'UPSO, une défense de la profession mais très sélective...
Jean-Patrice Folco
26/07/2018
On est toujours surpris par les analyses politico économiques de l'USPO. Si la perte d'honoraires est d'au moins 21,4 millions d'€, de combien est la perte de marge engendrée par ces pertes d'unités ? Le chiffre d'affaires augmente parce que le Prix public moyen augmente (+ 2,50%) et que le nombre de produits dispensés par ordonnance augmente, d'ou une augmentation du panier moyen ordonnance de 3,70% et de la rémunération apportée de + 2,50%.. Cette embellie économique n'est pas due à la réforme mais à l'augmentation du nombre de traitements chroniques qui a entrainé une augmentation des volumes de médicaments dont la marge a été réduite par la baisse du taux de marge de la deuxième tranche de la grille de calcul MDL. Cette augmentation des volumes a de plus annulé les effets de baisses prix puisque le prix public moyen a augmenté de 2,50% sur les 6 premiers mois. De fait l'USPO attribue à la modification des taux de la grille MDL des effets qui sont due à l'accélération de l'augmentation du nombre des traitements chroniques anticipée par la CNAM avec la modification des taux. Autrement dit si aucune modification de la MDL n'avait été faite l'augmentation de marge aurait été beaucoup plus importante, la CNAM joue avec notre rémunération pour contenir ses remboursements et l'USPO s'en félicite !
Hervé B
23/07/2018
Monsieur Coué était pharmacien et Gilles Bonnefond doit en être un descendant ! Qu'il calcule plutôt la chute de marge que sa signature de la convention était censée compenser !
canard déchainé
23/07/2018
Les signatures des syndicats n'ont aucunement amélioré quoi que ce soit ! Stop à l'autosatisfaction ! pfff
sidney
23/07/2018
Marrant ! Quand la FSPF disait : grâce au changement de marge on perd moins que si on avait pas changé la marge c'était selon l'USPO la politique du moins pire et revoilà les mêmes arguments : c'est moins grave que si c'était plus pire !! Sauf qu'en plus la ROSP générique va baisser au lieu d'augmenter comme en 2012.
MAIGNAN
23/07/2018
Avec la fermeture de plusieurs centaines d'officines, le nombre d'unités vendues est forcemment aussi touché. Car 2 officines a 1million de c.a qui fusionnent ne font pas 1 phie a 2M.. On devrait d'ailleurs re-voir un frein à la progression de l'esperance de vie, voir un recul. C'est "maitrisé " aussi....
pharmacien AM
23/07/2018
N'importe quoi ! On n'a pas perdu l'honoraire de 1€ à la boîte...comme communiqué par Mr Bonnefond. Et dire que ce monsieur signe des textes au nom de tous les pharmaciens !
Ajouter un commentaire