Près de 21 millions de patients admis aux urgences des hôpitaux en 2016

Le rapport de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), émanant du ministère de la Santé, révèle qu’en 2016, près de 21 millions de passages ont été enregistrés aux urgences de 641 hôpitaux publics et privés, soit 700 000 de plus qu’en 2015 ou encore plus 3,5%. 
Le service statistique des ministères sociaux souligne que « le nombre annuel de passages continue de progresser à un rythme régulier ». L’activité a doublé depuis 1996, quand les urgences accueillaient 10,1 millions de patients, hors outremer et hôpitaux militaires.
Certains établissements disposant à la fois de structures générales et pédiatriques, la France comptait 719 services d’urgences en 2016, soit quatre de moins qu’en 2015.
Le nombre moyen de passages annuels a ainsi augmenté de 28 000 à 29 000, avec un écart inchangé entre hôpitaux publics (32 000) et cliniques privées à but lucratif (22 000).
En dehors des urgences, les établissements de santé ont enregistré une hausse de 4,3 % du nombre de journées d’hospitalisation « partielle » (sans nuitée), proche de 16,5 millions en 2016. À l’inverse, le nombre de journées en hospitalisation « complète » s’est tassé de 0,5 %, en dessous de 121,4 millions.
Ce « virage ambulatoire » s’est traduit par la suppression de 4 000 lits d’hospitalisation complète, en partie compensée par la création de 1 850 places d’hospitalisation partielle.
On dénombrait un peu plus de 404 000 lits et près de 75 000 places d’hospitalisation partielle dans 3 065 sites hospitaliers, dont 1 376 appartenant au secteur public, 1 003 au privé lucratif et 686 au privé non lucratif.
Ces établissements employaient plus de 190 000 médecins, dentistes, pharmaciens et internes, soit 0,8 % de plus qu’en 2015.
Les personnels soignants ont pour leur part crû de 0,2 %, à près de 709 000 équivalent temps plein (ETP), avec davantage de sages-femmes et d’infirmières, mais moins d’aides-soignants.
Les autres catégories d’agents affichent aussi une hausse de 0,3 % de leurs effectifs, soit près de 314 000 ETP, avec plus d’administratifs mais moins de techniciens.

Sources : Rapport de la DREES / AFP 26/06/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire