Sécurité sociale : des anomalies en hausse dans les comptes

La cour des Comptes vient de produire un rapport de certification des comptes 2017 du régime général de Sécurité sociale. Les données produites dans ce rapport proviennent des contrôles menés a posteriori par l'Assurance maladie. 500 000 décomptes d’infirmiers, de pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes, transporteurs sanitaires ou taxis, ont été passés au crible. Dans une très grande majorité des cas (90%), les anomalies identifiées correspondent à des paiements non justifiés par rapport aux pièces fournies.
Ainsi, les indus notifiés (surfacturations kilométriques pour les transporteurs sanitaires, majorations d’actes non justifiées pour les infirmiers et les kinésithérapeutes…) atteignent un montant d’environ 13 millions d’euros contre 8,5 millions en 2016.
En ce qui concerne les pharmaciens, ce montant représente 2 % du montant des factures contrôlées contre 12% pour les infirmiers par exemple. Est directement en cause la délivrance de médicaments non prescrits ou celle de médicaments prescrits mais pour une durée excédant la prescription.

Pour accéder au rapport en ligne : www.ccomptes.fr.

Source : Rapport de la Cour des comptes, 05/2018
Commentaire
RADER Serge
01/06/2018
Ont-ils aussi étudié l'énorme gabegie de la liste en sus et de tous les médocs chers et sans plus-value thérapeutique et pourtant pris en charge ?
R.V.
31/05/2018
Ils ont "oublié" d'étudier les feuilles de soins des médecins qui prennent 13 euros d'I.K. pour faire 1 km ! Bizarre ...
Moinia
31/05/2018
Détails pharmacie merci
maignan
30/05/2018
Encore une preuve indirecte que la pression économique sur les revenus des Professions prescrites ne leur permet plus une vie normale.
ylm
30/05/2018
Nous avons subit un contrôle de la cpam sur une période de 6 mois à 1 an d'ordonnances : nous avions au départ un indu d'environ 1300 euros ; après avoir passé 3 heures à éplucher les dossiers un par un nous sommes arrivés à un indu corrigé de 350 euros . Nos contestations prises en compte correspondaient : à des oublies de scannage d'ordonnance lorsque le prescripteur imprime recto-verso , des oublies de signalements de délivrance en urgence sur des traitements chroniques du fait de l'absence du prescripteur en vacances . Les erreurs principales portaient sur des mauvaises répartitions ald hors ald : sur les 350 euros nous avons pu récupérer à juste titre les 3/4 auprès des mutuelles concernées(bilan indu réel 90 euros) . A noter que sur certaines contestations , il a fallu les refaire 2 fois pour obtenir gain de cause , le technicien cpam n'avait pas vu ou pas compris notre observation la première fois... Nous ne sommes pas contre les contrôles à condition qu'ils soient fait avec la même rigueur à tous les échelons de la société française...Il est dit que les professionnels de Santé se sentent de moins en moins motivés : ne cherchez plus pourquoi!
Ajouter un commentaire