La vente libre des huiles essentielles serait-elle menacée ?

Une pétition à l’initiative de l’association santé naturelle, signée par près de 180 000 personnes dénonce ce qu’elle qualifie de « nouveau coup de poignard du lobby pharmaceutique ». Selon la rumeur, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) voudrait « en finir avec les huiles essentielles en vente libre », une société du Lubéron ayant été « mise en demeure » par l’ANSM et la répression des fraudes pour avoir « expliqué clairement sur [son] site les bienfaits de chacune des huiles essentielles [vendues], leurs origines, leurs propriétés, leurs vertus ! ».
L’auteur du texte affirme également que quinze huiles essentielles ont déjà été « interdites à la vente libre » en 2007, en les réservant aux seuls pharmaciens, privant les Français de profiter de « leurs incroyables bienfaits ».
Lemonde.fr nous explique pourquoi cette menace semble infondée. Ces dires semblent d’abord ignorer les différents statuts réglementaires des huiles essentielles suivant leurs usages thérapeutiques et cosmétiques dont les producteurs sont tenus d’informer les consommateurs. « Une présentation non conforme à l’usage auquel il est en principe destiné peut être considérée comme un délit de tromperie » avertit le ministère de l’économie sur son site. « Un produit cosmétique n’a pas vocation à prévenir, traiter ou soigner une maladie » précise l’ANSM. Un fabricant peut choisir de commercialiser des huiles essentielles dans un but thérapeutique mais il doit dès lors respecter les réglementations adéquates.
Dans ce contexte, l’ANSM a constaté plusieurs types de manquement. Après des inspections et des échanges avec les entreprises concernées, elle a donc envoyé plusieurs injonctions à différentes entreprises, dont la société Hyteck, qui commercialise notamment la marque Aroma Zone ou la société Pharmexence, toutes les deux situées dans le Vaucluse, pour leur demander de respecter plusieurs exigences réglementaires.
Les injonctions de l’ANSM ne visent pas à interdire aux producteurs d’informer sur les huiles essentielles « leurs origines, leurs propriétés, leurs vertus » mais de s’assurer que ces informations soient les plus compréhensibles, en respectant le cadre prévu par les réglementations. Contrairement à ce que prétend la pétition, aucun durcissement de la réglementation des huiles essentielles n’a été décidé récemment. Loin d’avoir une « stratégie souterraine », l’ANSM a publié sur son site un guide sur les huiles essentielles qui recense les principales informations sur la question et les injonctions à destination des sociétés qui commercialisent des produits cosmétiques sont librement consultables sur son site.

Source : lemonde.fr 30/05/2018
Commentaire
Cardina Marielle
31/05/2018
Ce serait une bonne chose Les patients croient que les HE ne sont pas dangereuses car "naturelles" Leur utilisation n’est pas anodine et pour les bienfaits des huiles il faut laisser les pharmaciens s’en occuper cela évitera bien des mesusages Le nombre de personnes qui laissent leur diffuseur fonctionner toute la journée sont légions
Ajouter un commentaire