Rougeole : une vaccination temporaire des professionnels de santé ?

Selon Santé publique France, la récente épidémie de rougeole recense au 25 avril plus de 1 800 cas répartis dans 78 départements. Face à cette situation, le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) vient d'émettre un avis sur la stratégie de gestion en cas d'importante épidémie de rougeole sur notre territoire.
Le HCSP regrette qu'il n'y ait aucune étude récente permettant de connaître la couverture vaccinale des soignants vis-à-vis de la rougeole, les seules données datant de 9 ans montrant une situation non satisfaisante. Une évolution des textes devrait être étudiée au sujet de certains professionnels au contact des populations vulnérables, comme les professionnels de santé. Il précise qu'« une obligation temporaire vaccinale peut être introduite en cas d'épidémie ou de situations laissant craindre une épidémie ».
Ciblant la protection des personnes à risque de rougeole grave (nourrissons de moins d'un an, femmes enceintes, patients immunodéprimés), le HCSP insiste sur la vaccination de l'entourage : familial, personnel de la petite enfance, et hospitalier ; la vaccination post-exposition avant 72 heures suivant le comptage pour les nourrissons de 6 à 11 mois (au-delà de ce délai, l'administration d'immunoglobulines polyvalentes jusqu'à 6 jours après le comptage) ; l'injection d'immunoglobulines polyvalentes jusqu'à 6 jours après le comptage pour les sujets ne pouvant être vaccinés : nourrissons de moins de 6 mois nés de mère non immune, femmes enceintes, et patients immunodéprimés. En cas de diagnostic présumé chez un patient, le HCSP détaille les mesures d'hygiène à prendre pour éviter la propagation du virus et détaille aussi les situations pour lesquelles un diagnostic biologique est nécessaire.

Source : Le Généraliste 26/04/2018
Commentaire
RADER Serge
05/05/2018
Vous auriez pu citer aussi mon dernier livre: "Vaccins oui ou non ?" où vous auriez à sa lecture appris bien d'autres choses utiles pour préserver la santé de nos NN affectés par une croissance exponentielle de maladies chroniques auto-immunes et neuro-dégénératives en passant par l'autisme et les morts subites et autres cancers.... Voyez à ce sujet le rapport de la Commission d'enquête parlementaire italienne qui, après 18 ans d'investigations, a rendu publiques ses conclusions le 9 février dernier, incriminant les polyvaccinations dans les cancers ayant touché quelque 4.000 de leurs soldats (XVII Législature, Doc 22-BIS, N°23).
Encore?
04/05/2018
"Serge Rader, pharmacien et lanceur d'alerte Le nouveau ministre de la Santé, Agnès Buzyn, envisagerait de rendre onze vaccins obligatoires (contre trois aujourd’hui). Pour Serge Rader, le lobby pharmaceutique a encore frappé ! Ce n’est pas du tout, martèle-t-il, une priorité de Santé publique. Serge Rader, vous avez 61 ans. Vous avez publié Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir. Cela tombe très bien puisque la ministre de la santé, madame Agnès Buzyn, réfléchirait à rendre 11 vaccins obligatoires. Que vous inspire cette décision ?" ... "Serge Rader est un homme engagé. Conseiller national et expert « médicaments » auprès de Nicolas Dupont-Aignan, cet ex-pharmacien s’est présenté aux élections législatives de 2012 sous les couleurs de Debout la République (devenu Debout la France) puis, deux ans plus tard, aux élections européennes, toujours pour le compte de la formation souverainiste. Un engagement partisan ne faisant qu’un avec sa croisade anti-vaccinale et qui éclaire d’un jour nouveau le soutien accordé au Pr. Henri Joyeux par Nicolas Dupont-Aignan ou les positions tonitruantes du président de Debout la France sur l’extension de la vaccination infantile obligatoire à 11 vaccins"
RADER Serge
01/05/2018
LA FUITE EN AVANT ! Plus on vaccine et plus il y a de flambées de rougeole (jamais la CV n'a été aussi élevée!) avec de plus un trivalent imputé dans l'autisme et maladies inflammatoires intestinales (étude Wakefield réhabilitée par la justice britannique; et confirmée par l'immunologue japonais Kawashumi qui a retrouvé du virus rougeoleux dans les lymphonodules iliaques des malades... Et en plus on veut l'injecter à partir de 6 mois jusqu'à 11 mois, sans tests ni vérification d'immunité, puis à 12 et à 18 mois. Mais ces gens-là sont irresponsables....
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires