Officines : une solution aux déserts médicaux ?

PharmagoraPlus, qui s’est tenu le week-end dernier à Paris, a permis de faire le point sur l’évolution du métier de pharmacien. Le maintien d’une bonne répartition des pharmacies sur le territoire et l’augmentation du champ de compétences des pharmaciens pourraient contribuer à résoudre la double équation des déserts médicaux et du vieillissement de la population. L’étude Avenir Pharmacie, réalisée auprès de pharmaciens d’officine et de patients à travers toute la France du 21 février au 6 mars 2018, montre que le niveau de confiance dans les pharmaciens est de 9 sur 10. Le pharmacien est considéré comme le professionnel de santé le plus facilement accessible par près de 2 patients sur 3 (63%), devant le médecin (33%). L’étude révèle également un fort intérêt des pharmaciens et des patients sur la possibilité de réaliser un dépistage en pharmacie. Si cela était autorisé et économiquement rentable, 95% des titulaires d’officines proposeraient à leurs patients des dépistages santé au sein de leur officine. Parmi les patients intéressés par un dépistage par le pharmacien, la majorité (56%) serait prête à payer 15€ en pharmacie si le dépistage y était réalisé en moins de 30 minutes. Le taux de patients intéressés par des dépistages en pharmacie est élevé et variable en fonction des troubles : cholestérol (79%), carence en fer (78%), diabète (76%), maladie de Lyme (73%), VIH/SIDA (59%). Acteur de santé accessible et disponible, le pharmacien pourrait également accompagner les sorties d’hospitalisation, réaliser des entretiens personnalisés, notamment dans le cas de réorientations vers des services d’urgence, ainsi que du renouvellement et du suivi d’ordonnances, particulièrement utiles pour les patients chroniques très attachés à la pharmacie de proximité. En attendant, c’est aux bilans de médication, inscrits dans la convention et plébiscités par plus de 78% d’entre eux que les pharmaciens vont s’attaquer pour accompagner les plus de 65 ans, population très polymédicamentée. 59% des pharmaciens ont prévu de mettre en place des bilans de médication dans les 6 prochains mois. 

L’étude Avenir Pharmacie « le pharmacien, acteur de proximité de l’expérience patient » a été présentée le 29 mars 2018 pour PharmagoraPlus en partenariat avec Opinion Way et Satispharma. 

Source : Etude Avenir Pharmacie 29/03/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires