Maladie de Lyme : près de 300 patients portent plainte

Près de 300 patients ont porté plainte au pénal contre les autorités de santé pointant un manque de vigilance face aux tests de dépistage, jugés peu fiables, et à l’origine d’une absence de diagnostic ou d’un diagnostic tardif.
Prescrit en première intention, le test Elisa est réalisé à partir d'une prise de sang. S'il est négatif, la maladie de Lyme est écartée. S'il est positif, et à cette seule condition, un second test plus précis est proposé, le Western Blot. Un médecin a accepté de prescrire les deux tests à une patiente avec des résultats surprenants. « Le Western Blot était positif, alors même que l'Elisa était négatif ». Pourquoi les tests de dépistage ne seraient-ils pas fiables ? Selon les avocats, les autorités de santé n'auraient pas été assez vigilantes. De possibles conflits d’intérêt sont suspectés certains experts travaillant aussi pour les laboratoires. Des accusations visent également l'Agence de Sécurité du Médicament et le Centre National de Référence des Borrélia de Strasbourg. L'Académie de médecine rappelle que seuls les tests Elisa et Western Blot sont validés scientifiquement et ne doivent donc pas être remis en cause. « La sérologie est là pour confirmer un diagnostic de maladie infectieuse, en aucun cas elle ne le pose. Etablir un diagnostic nécessite une étape clinique. Il peut s'agir d'épidémiologie, de symptômes cliniques, d'un examen médical. À ce moment-là seulement, la sérologie peut être interprétée », explique François Bricaire, infectiologue et membre de l’Académie de médecine.
Des recherches sont en cours pour mettre au point d'autres tests de dépistage. 

Source : France Info avec la Rédaction d’Allo Docteur 24/04/2018
Commentaire
Thissen Anne
22/06/2018
Scandaleux ! Vous parlez de centaines, alors qu’il s’agit de Millions, vous parlez d’administration alors que vous pouvez arrêter la propagation en rendant le vaccin contre la « risque de Lyme » obligatoire fait Uniquement chez le vétérinaire (et s’il existe c’est qu’il y a une raison !!!). C’est à la fois de la non Assistance à PersonneS en Danger et Mise en Danger de la Vie d’Autrui. Surtout lorsque les 3-4 millions de Malades connus, en Situation d’Handicap, qui ont TOUT perdu, jusqu’au goût de vivre (vous taisez bien les chiffres de suicides !) tout en créant de lucratives alliances avec les Laboratoires - qui ont remplacé l’Armement - qui sont a la fois prescripteurs ET bénéficiaires. Mais de qui se moque t’on ? Auriez vous oublié que le « simple quidam » peut en savoir autant, sinon plus, que vous ? Des aliances se forment du côté des Malades aussi. C’est un « génocide annoncé » auquel vous tournez le dos Mr les Ministres et autres Décideurs.
Vernin Jacques la prévention commence avec l'information. En Allemagne toutes les Pharmacies ont un panneau d'information sur la maladie de Lyme les tiQues
27/04/2018
En Allemagne toutes les Pharmacies on en vitrine un panneau d'information sur la maladie de Lyme, ses vecteurs et les précautions à prendre en cas de piqure de tiques. J'en avais parlé à la précédente présidente du CNOP. Elle a trouvé ma suggestion intéressante....rien n' a suivi. Pourtant ce serait un excellent atout pour positionner nos confrères comme agents de prévention santé vis à vis de la population ! Espérons que les lecteurs de Celtipharm seront plus réceptifs que le CNOP
tom70
27/04/2018
lire "la vérité sur la maladie de lyme" de C Perronne...
kropf vero
26/04/2018
Il serait judicieux de connaitre la répartition des tiques porteurs de la maladie de Lyme en France, d'informer la population des mesures préventives pour s'en prémunir, de former l'ensemble des professionnels de santé en cas de piqure de tique.
Ajouter un commentaire