Dépenses maladie : dérapage des soins de ville en 2017

Les dépenses d'assurance-maladie entrant dans le champ de l'ONDAM ont atteint 190,7 milliards d'euros en 2017, très proches de l'objectif du gouvernement (- 60 millions d'euros). Ce résultat global masque cependant une situation contrastée avec un sous-objectif des soins de ville, compensé par une sous-exécution de l'enveloppe des établissements, selon le comité d'alerte indépendant sur les dépenses d'assurance-maladie dans son avis de mi-avril. Plus précisément, les dépenses de soins de ville s'établiraient à 87,2 milliards d'euros, soit un dépassement de 320 millions d'euros par rapport au sous-objectif rectifié, en progression de 2,2 % par rapport à 2016 contre un objectif initial de 2,1 %.
Plus des trois quarts du dépassement proviennent des honoraires médicaux et dentaires (+ 285 millions d'euros). Les dépenses de médicaments sont quant à elles supérieures de 65 millions d'euros par rapport aux prévisions, tout comme la biologie (+ 35 millions). Enfin, les indemnités journalières enregistrent une hausse de 3,6 %, en dépassement de 20 millions d'euros.
Ces écarts résultent d'une dynamique plus élevée qu'attendu des dépenses de soins de ville malgré le respect de l'objectif global de maîtrise médicalisée. Ces résultats marquent-ils le signe du virage ambulatoire ? C’est l’avis des syndicats de médecins qui demandent à Emmanuel Macron de ne pas demander d’effort supplémentaires sur les soins de ville.
La loi de financement de la Sécu 2018 fixe l'ONDAM à 195,2 milliards d'euros en progression de 2,3 % par rapport à 2017 (dont 88,9 milliards pour les soins de ville, 80,7 milliards pour les établissements de santé et 20,5 milliards pour les établissements et service médico-sociaux). La construction de l'ONDAM repose sur un effort d'économie de 4,2 milliards d'euros un peu plus important que les années précédentes mais jugé réaliste par le comité d’alerte en octobre dernier, les crédits mis en réserve en début d'année (625 millions d'euros) devant permettre de faire face aux risques de dépassement de l'ONDAM. 

Source :  Quotidien du Médecin 17/04/2018
Commentaire
PN
19/04/2018
Les dépenses de médicament en ville augmentent normal quand on transfère de l’hôpital vers la ville les médicaments chers. Gageons que l'année prochaine sera une année explosive pour la médecine de ville, puisque l'ambulatoire est la solution. Le Sapeur camembert Buzin est à la manœuvre.
Ajouter un commentaire