Combien d’officines d’ici 2025 ? Les experts comptables se prononcent

Le 6 avril, le réseau d’experts-comptables CGP présentait les chiffres 2017 de la profession.
Plusieurs milliers d’officines sont appelées à disparaître à l’horizon 2025 sous l’effet du nouveau mode de rémunération et plus particulièrement celles ayant un chiffre d’affaires inférieur à 1 million d’euros. Des changements radicaux se profilent, liés à la perspective de montée en puissance des honoraires qui représenteront selon les projections de CGP, 60 % de la rémunération globale des officines en 2020. Le développement des nouvelles missions, s’il représente une opportunité pour certains, va nécessiter des investissements en moyens humains et matériels, dont la mise à disposition d’espaces de confidentialité, qui pèseront nécessairement sur le bilan des plus petites structures. Les experts parlent de 2 000 à 5 000 pharmacies ainsi amenées à disparaître. Toujours selon les experts et à la lecture des statistiques de l’Ordre des pharmaciens, cette concentration du réseau officinal au détriment des petites officines serait déjà en marche. 68 % des fermetures d’officine en 2016 concernaient des structures de moins d’un million d’euros de chiffres d’affaires.
Dans ce contexte, l’action des pharmaciens pour la sauvegarde du maillage territorial est plus qu’essentielle.  

Source : Réseau CGP 06/03/2018

Commentaire
maignan
09/04/2018
Si l'inlation souhaitée par le monde de la finance repart,on verra mourir les modèles économiques à Chiffre d'affaires bloqué par un acheteur en situation de monopole. Et avec un ONDAM et une marge fixe inamovible en plus, que ce soit une petite structure à faibles coùts de fonctionnement, une moyenne de désert médical ou de centre ville, ou une grande de galerie marchande en baisse de fréquentation, toutes les catégories fourniront un contingent de malchanceux.
Folco Jean-Patrice
09/04/2018
CGP présentait les chiffres 2017 de ses clients et nous sommes désolés d'apprendre que d'ici 2025 entre 160 et 400 clients CGP vont devoir fermer faute de suivre un modèle économique adapté à la perception d'honoraires.
Ajouter un commentaire