Assistants d’écoute / audioprothèses : l’Ordre rappelle les règles

La mise en vente en pharmacie en février dernier d’Audibest, un correcteur de surdité permettant de gagner jusqu’à 35 décibels, a suscité la polémique. D’un côté, le Laboratoire Évolupharm, qui le commercialise, soutient qu’Audibest peut être vendu en pharmacie car ce n'est pas une audioprothèse. De l’autre, les audioprothésistes estiment que ce produit ne doit pas être vendu en pharmacie car il dépasse les 20 décibels autorisés à la vente en officine.  
Cette situation aura donné à l’Ordre national des pharmaciens (CNOP) l’occasion de rappeler que ce sont les propriétés du produit tout autant que les choix opérés par le fabricant qui permettent de déterminer le statut du produit, statut qui conditionne les compétences requises pour le délivrer. S’il s’agit d’un dispositif médical à usage individuel marqué CE médical et préréglé d’une puissance maximale de 20 décibels (dB), le pharmacien d’officine peut le délivrer. S'il s’agit d’appareil électronique correcteur de surdité, le pharmacien ne peut le délivrer que s’il a développé une activité d'audioprothèse au sein de son officine. Il doit lui-même être titulaire du diplôme d’Etat d’audioprothésiste ou salarier un professionnel possédant ce diplôme et lui en confier la responsabilité. Par conséquent, les assistants d’écoute préréglés à une puissance allant au-delà de 20 dB ne peuvent être délivrés en officine sans l’intervention d’un audioprothésiste. 

Source : Communiqué CNOP 09/04/2018
Commentaire
DUCART Irène
18/04/2018
Tout d'abord chacun son métier nous ne sommes pas LECLERC EDOUARD Idem pour la vaccination Ne prenons pas leur métier aux médecins et infirmiéres
Ajouter un commentaire