A. Buzyn : des outils simples et robustes pour un tiers-payant intégral

Agnès Buzyn avait missionné fin 2017 l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) pour la réalisation du rapport déterminant le calendrier de déploiement des outils nécessaires à la pratique du tiers-payant intégral dans des conditions techniques fiabilisées. 
Alors que le tiers-payant est pratiqué de manière massive par certains professionnels de santé, notamment les pharmaciens, il progresse mais reste encore limité pour les consultations et actes médicaux : 28% de ces consultations et actes en tiers-payant en 2017 hors cas d’obligation légale même s’il progresse rapidement pour certaines populations, pouvant atteindre 85% de l’ensemble des consultations et actes médicaux (bénéficiaires de la CMUC, aide à la complémentaire santé, victimes d’accidents de travail, patients en affection de longue durée…).  S’agissant du tiers-payant intégral, l’IGAS a proposé un calendrier de déploiement des outils visant à sa mise en œuvre. Les outils développés par l’assurance maladie obligatoire sont déjà disponibles et en cours de diffusion auprès des professionnels de santé (téléservice d’accès aux droits ADRi notamment). Les outils des organismes d’assurance maladie 
complémentaires (téléservice de droits complémentaires et de calculs IDB-CLC) sont en cours de développement et devront couvrir 75% des assurés dès mi-2018 et la quasi-totalité en septembre 2019. Les représentants des éditeurs de logiciels se sont engagés à mettre à disposition l’ensemble des outils mi-2019 au plus tard et préciser très rapidement la montée en charge des différents logiciels sur la période 2018-2019.
Un suivi régulier de la montée en charge du tiers-payant et de la qualité du service rendu aux professionnels de santé (délais de paiement, taux de rejet) sera mis en place et le tiers-payant intégral sera plus rapidement développé plus pour certaines activités ou populations prioritaires en termes d’accès aux soins et de santé publique. 

Pour consulter le rapport : http://solidarites-sante.gouv.fr/

Sources :  Communiqué de presse Ministère des Solidarités et de la Santé 23/04/2018
Commentaire
maignan
24/04/2018
Toujours ce refus de simplifier la vie des Professions de Santé ! La Sécu doit être le payeur UNIQUE de nos factures. Pas de réseau principal plus des réseaux complémentaires, svp ! C'est une époque révolue. Il faut rendre hommage au travail des complémentaires quand cela s"apuyait sur le militantisme,mais desormais ,c'est la Loi qui impose la couverture sociale maximum. Alors, simplifions !!!
Ajouter un commentaire