e-Prescription : les médecins réclament simplicité et sécurité

La CNAM et le gouvernement veulent généraliser l'ordonnance numérique, véritable outil de coordination entre le médecin et le pharmacien, à l'horizon 2019. Le sujet fait partie des négociations de l'Accord cadre interprofessionnel (ACIP) qui ont repris la semaine passée entre l'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) et l'Assurance maladie. À ce jour, seuls trois départements (Val-de-Marne, Saône-et-Loire, Maine-et-Loire) ont pu expérimenter la prescription électronique de médicaments lancée en 2015 par l'Assurance maladie. Ce modèle expérimental prévoit que le patient récupère à la fin de sa consultation un QR code sur papier qu'il peut ensuite présenter dans une pharmacie pour récupérer le contenu de son ordonnance. Si les représentants de la profession médicale ne sont pas opposés à la e-prescription, ils posent néanmoins certaines conditions. « Cela ne doit pas devenir une nouvelle usine à gaz », prévient le président de la FMF, le Dr Jean-Paul Hamon. Pour le Dr Jean-Paul Ortiz, patron de la CSMF, le dispositif de QR code testé dans trois départements « est déjà dépassé » et doit donc être réétudié. Les syndicats réclament également que les données transmises via ces ordonnances dématérialisées soient sécurisées. La CNAM leur a proposé une solution de stockage des ordonnances sur un serveur lui appartenant mais les syndicats refusent que l'Assurance maladie ait accès aux prescriptions a priori. L'UNPS suggère que les ordonnances soient stockées directement sur le Dossier médical partagé (DMP) du patient mais faut-il encore que les Français aient tous un DMP. Si Nicolas Revel a promis sa généralisation d'ici la fin de l'année, il reste facultatif et seuls les patients en possédant un pourraient alors bénéficier de la e-prescription. Les prochaines réunions ACIP, qui courent jusqu'au mois de juin 2018, devraient permettre aux syndicats et à la CNAM de trouver un accord sur les conditions du déploiement de l'ordonnance électronique.

Source : Le Généraliste 17/03/2018 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire