Le gouvernement se mobilise et mise sur la prévention

Le Premier ministre vient de présenter un plan «prévention», doté de 400 millions d'euros sur cinq ans, avec entre autres le remboursement des traitements antitabac, la vaccination antigrippe en pharmacie ou l'élargissement du dépistage du cancer du col de l'utérus.
«Une vraie politique de prévention permettrait de préserver près de 100 000 vies par an», a rappelé le Premier ministre, Edouard Philippe à l’occasion de la présentation de ce plan abordant aussi bien la petite enfance que la grande vieillesse, et ponctué de mesures concrètes. Ainsi, les traitements antitabac vont progressivement être remboursés comme n’importe quel médicament. Cette prise en charge remplacera le forfait de 150 euros par an qui couvre actuellement les substituts. «En France, plus de 13 millions de personnes fument et le tabac est responsable de 73 000 décès chaque année» a rappelé Agnès Buzyn.
Suite à l’expérimentation réussie sur certaines populations en Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes, le ministère de la Santé souhaite également «élargir les compétences vaccinales des professionnels de santé» et «généraliser dès 2019» la vaccination contre la grippe en pharmacie. Autre proposition : après celui du cancer du sein ou du cancer colorectal le gouvernement va «introduire un troisième programme national de dépistage organisé, celui du cancer du col de l’utérus». Plus généralement, parmi les autres mesures notables, le plan va proposer d’agrandir le pictogramme «interdit aux femmes enceintes» sur les bouteilles d’alcool en 2019, mais aussi renforcer le dépistage de l’hépatite C «pour éliminer cette maladie à l’horizon 2025». Ce plan propose bien d’autres mesures encore, 25 au total, de nature à renforcer la cohérence de la politique de prévention. Ce week-end, la CGT et la CFDT ont réclamé «d’arrêter la saignée» de l’agence Santé publique France, censée coordonner ce plan, et de «la doter de moyens cohérents avec les discours affichés».
 
Sources :  Libération 26/03/2018, Dossier de presse du Comité interministériel pour la Santé 26/03/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire