Le Viagra fête ses 20 ans

Il y a vingt ans, une petite pilule bleue en forme de losange créait la sensation. Le Viagra a permis à des millions d'hommes d'avoir de nouveau des rapports sexuels et parler d’impuissance devenait possible. 
Quelque 65 millions d'ordonnances de Viagra, fabriqué par le laboratoire Pfizer, ont depuis été honorées à travers le monde. Les avantages de ce blockbuster miraculeux ont été vantés sur les plateaux de télévision, les journaux, les magazines et sa commercialisation a coïncidé avec l'essor d'internet. Le lexique marketing a également changé: il n'est plus question d' « impuissance masculine » mais de « dysfonction érectile », un état médical pouvant désormais être traité. Le sénateur républicain Bob Dole, ancien combattant et candidat à la présidence des Etats-Unis en 1996, est devenu son premier ambassadeur à la télévision, admettant devant le monde entier ses propres craintes. Le Viagra a contribué à libérer la parole sur les dysfonctionnements sexuels. Avant le Viagra, les conversations sur les questions érectiles étaient « gênantes » et « difficiles » se souvient Elizabeth Kavaler, urologue à l'hôpital Lenox Hill de New York. « Aujourd'hui, la sexualité d'une manière générale est un sujet très présent ». C'est « devenu un élément prévisible dans nos vies à mesure que nous vieillissons. Et je suis sûre que le Viagra a joué un grand rôle », ajoute-t-elle. Pour Louis Kavoussi, directeur du service d'urologie du groupe Northwell Health, le Viagra a eu un « impact majeur » semblable à celui des antibiotiques dans le traitement des infections ou des statines dans la lutte contre les maladies cardiaques.
Le Viagra, ou citrate de sildénafil, a été développé pour traiter l'hypertension et l'angine de poitrine, mais dès les premiers essais cliniques, les hommes ont rapidement découvert un effet inattendu : l'amélioration de leurs érections. De quinze dollars l'unité au début, le prix a gonflé à plus de 50 dollars. Avec la sortie l'an dernier d'une version générique, le prix est tombé à un dollar le cachet.
Alors à quand un Viagra au féminin ? La FDA a bien approuvé en 2015 la flibansérine, commercialisée aux Etats-Unis sous le nom Addyi, et présentée comme un traitement pour raviver la libido des femmes mais dès son lancement, la molécule a provoqué la controverse.

Source : Challenges avec l’AFP 26/03/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire