L’UDGPO réagit aux attaques d’UFC-Que Choisir contre la profession

Dans son dernier numéro de 60 Millions de consommateurs, l’UFC que choisir attaque la profession sur les conseils lors de la délivrance de paracétamol. Dans le même temps, cette organisation recommande l’autorisation de la vente de ce médicament dans d’autres circuits de distribution type GMS ou parapharmacies. Pour Laurent Filoche, Président UDGPO  « Cette position va à l’encontre de l’intérêt vital des consommateurs que ce magazine est censé défendre ». Toutes les études épidémiologiques montrent un écart significatif dans les intoxications souvent mortelles entre les pays qui ont libéralisé sa distribution et ceux dans lesquels cette dernière est confiée aux pharmaciens. L’exemple le plus criant et le plus récent vient de Suède, où sa commercialisation a été de nouveau réglementée, en 2015, 6 ans après sa libéralisation, suite au doublement des cas d’intoxications graves. « Lors de notre entrevue avec Mme la ministre de la santé, Agnès Buzyn, le 22 mars dernier, celle-ci s’est félicitée de sa décision de soumettre les sirops contenant de la codéine à une prescription obligatoire », rapporte Laurent Filoche car « plus un enfant n’est mort à cause de ça depuis 9 mois »
Lors de l’entrevue programmée avec son directeur de cabinet, le 6 Avril, l’UDGPO lui demandera d’éviter également les futurs morts qui ne manqueraient pas de se produire si les recommandations de 60 millions de consommateurs se mettaient en place. Par ailleurs l’UDGPO demandera un droit de réponse au magazine afin d’informer les lecteurs du risque que cette publication veut leur faire prendre.
 
Sources : Communiqué de presse UDGPO 22/03/2018 
Commentaire
YLM
23/03/2018
Au lieu des éternels communiqués des instances représentatives de la profession face aux "enquêtes" élaborées dans un esprit malveillant, tendancieux à l'encontre de la pharmacie d'officine, ces instances feraient mieux de faire examiner ces "enquêtes" par des juristes et engager des plaintes envers les initiateurs en cas d'affirmations fallacieuses et d'atteintes à l'image de la profession: sous peine de voir ce marronnier journalistique continuer...
Khoi
23/03/2018
Je me pose à chaque fois la même question : à qui profite le "crime" ?
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires