Baclofène : une méta-analyse qui laisse sur sa faim

Une méta-analyse parue dans la revue Addiction, a fait le point sur les bénéfices que l'on peut attendre du baclofène pour traiter une alcoolo-dépendance. Les auteurs de cet article ont compilé 12 études cliniques randomisées comparant le médicament à un placebo.
Si dans cette méta-analyse, les personnes sous baclofène étaient 2,67 fois plus susceptibles d'être abstinents à la fin du traitement par rapport à ceux prenant un placebo, les autres points étudiés se sont avérés décevants. Suivant les auteurs, le baclofène n'augmente pas le nombre moyen de jours d'abstinence, ni ne diminue le nombre de jours avec une consommation excessive. Par ailleurs, il n'a pas été observé d'effet sur le craving, l'anxiété, ou la dépression.
Autant d’éléments qui font conclure aux auteurs que « l'usage actuellement croissant du baclofène comme traitement pour les troubles liés à l'alcool, est prématuré ».
Cependant, ils indiquent que « beaucoup d'études retenues n'avaient inclus qu'un nombre limité de patients, peut-être trop restreint pour évaluer les effets du médicament. Les essais analysés différent entre eux sur un certain nombre de facteurs, comme la dose de baclofène administrée et la durée du traitement ». Puis « la pharmacocinétique du baclofène n'est pas bien connue, et il se peut qu'il existe des facteurs individuels influençant l'efficacité du baclofène, qui ne sont pas bien connus aujourd'hui ».
Suite à la demande d'AMM du baclofène dans le traitement d'une alcoolo-dépendance, par le laboratoire Ethypharm, l’ANSM est actuellement en train d'analyser les différents travaux effectués sur ce médicament. Les conclusions de ces travaux d’experts seront ensuite présentées à une Commission mixte pour un réexamen du sujet dans un contexte sociétal. L'avis de cette Commission sera alors remis au directeur de l'ANSM.

Source : Le Généraliste 27/02/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires