Lait contaminé : procédures en cours

Alors que Carine Wolf-Thal, Présidente de l’Ordre, demande aux éditeurs de logiciels que tous les pharmaciens puissent bénéficier d’un dispositif d’affichage sur leur poste « en cas de tentative de dispensation d’un produit Lactalis rappelé », plusieurs perquisitions ont eu lieu hier matin chez Lactalis dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 22 décembre dernier par le pôle santé publique du parquet de Paris.
Près de 80 personnes, gendarmes de la section de recherches (SR) d'Angers et de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), magistrats du pôle santé du parquet de Paris, agents de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), auraient été mobilisées pour perquisitionner l'usine Lactalis de Craon, en Mayenne.
Le siège social de Lactalis situé à Laval et le centre qualité de Lactalis en Ille-et-Vilaine ont également fait l'objet d'une perquisition, toujours dans le cadre de cette enquête ouverte pour « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d'autrui », « tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine » et « inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit » préjudiciable à la santé. Selon le Point, un laboratoire d'analyses, basé dans le Val-de-Marne, serait aussi dans le collimateur des gendarmes de l'Oclaesp, « qui ont été chargés de faire toute la lumière sur cette affaire de contamination de laits infantiles par des salmonelles ».

Source : Le Point 17/01/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires