Des anticancéreux périmés distribués en France avec de fausses étiquettes

Selon la dernière édition du journal suisse Le Matin Dimanche, le laboratoire Alkopharma aurait falsifié l'étiquette de 100 939 flacons d'un médicament anticancéreux prescrit pour lutter contre les cancers de l'ovaire, du sein et de la vessie ainsi que certaines formes de leucémie de l’enfant, pour masquer une date de péremption dépassée. Le produit en question, Thiotepa, a été délivré en Suisse (2 119 flacons concernés) mais surtout très largement en France (98 820 flacons). Or, selon Swissmedic, l'autorité de surveillance du marché des médicaments dans la confédération helvétique, cette centaine de milliers de flacons a vu ses étiquettes modifiées. Ces « invendus » distribués entre 2007 et 2011 avaient été produits parfois depuis 2005 alors que leur date de validité n'excédait pas les 18 mois. Soit un bénéfice de 3 278 425 euros pour la France et environ 175 000 euros du côté Suisse pour Alkopharma selon Swissmedics. Les autorités de régulation suisses enquêtaient sur cette affaire depuis 2011. En 2016, une première décision de justice a condamné deux responsables d'Alkopharma à des amendes pour ces faits. La justice locale n'a pas reconnu la mise en danger de la vie d'autrui. Considérant ce jugement trop clément Swissmedic a décidé de faire appel. Du côté français, la justice n’a pas encore tranché. L’enquête pour "tromperie aggravée, falsification de substance médicamenteuse et faux et usage de faux" ouverte par le parquet de Paris est désormais terminée mais aucune décision n’a encore été prise. A l’époque, les autorités françaises n’avaient pas estimé qu’il existait un risque pour les patients en termes d’efficacité ou de toxicité.

Sources : France Soir 15/01/2018, l’Usine Nouvelle 16/01/2018
Commentaire
brugirard denis
18/01/2018
alkopharma, pas arkopharma !
brugirard denis
17/01/2018
ah, une info de 2011, avec alerte ANSM de l'époque qui ressort aujourd'hui alors qu "aucune décision n'a encore été prise" suite à l’enquête du parquet de Paris, désormais terminée...... je vois comme poindre une déstabilisation de la profession - qui n'a rien à voir dans ces malversations - en pleine affaire Lactalys, gênante pour la grande distribution.
maignan
17/01/2018
VU LA HAUTE TECHNICITE ANTI CANCEREUSE DE CE QUE VEND ARKO-J AI DES DOUTES A PROPOS DE CETTE INFO.
Ajouter un commentaire