Réaction immédiate des syndicats à l’enquête publiée par Familles rurales

Familles rurales vient de sortir son enquête annuelle qui fait le constat d’une augmentation moyenne du prix public TTC des médicaments vendus sans ordonnance de 4,3 % entre 2016 et 2017.
Cette affirmation a immédiatement fait réagir la FSPF et l’USPO qui confirment le biais statistique lié à la taille du panel, l’analyse de Famille rurales ne s’appuyant que sur 40 pharmacies sur les 22 000 et un échantillon de 11 médicaments alors que plus de 3 000 références sont concernées ! Est-ce bien sérieux ?
Les deux syndicats ne reconnaissent aucune crédibilité à cette communication de Familles rurales. Selon leurs propres sources, sur les 3 000 références de médicaments à prix non règlementés, l’augmentation est de seulement 0.53% pour la même période analysée.
La FSPF demande à rencontrer dès que possible Familles rurales « afin d’éviter, à l’avenir, que la méthodologie utilisée ne conduise à de telles contrevérités ». De son côté, Afin de limiter les écarts de prix entre pharmacies, l’USPO demande aux pouvoirs publics d’intervenir pour permettre aux groupements et structures d’achats de mieux négocier auprès des laboratoires et gommer leurs augmentations de prix. 

Sources : Communiqué de presse FSPF 12/12/2017, Communiqué de presse USPO 13/12/2017
Commentaire
RADER Serge
13/12/2017
Le sempiternel problème du prix des OTC qui perdure depuis plus de 20 ans à cause de la politique industrielle soutenue par les politiques sourds et corrompus.
maurice
13/12/2017
le problème ce n'est pas la négociation mais ce sont les labos qui augmentent les prix fortement de 4 à 5% Boiron et urgo sont champions pour cela le prix de l'oscillo a explosé c'est plus cher que le foie gras
DUBRULLE LAURENCE
13/12/2017
S'il n'y a aucun démenti dans tous les médias, c'est peine perdue ; le mal est fait ; une fois de plus on est décrédibilisé..
maignan
13/12/2017
Il faudrait rencontrer aussi France info, RTL, etc meme heure, meme longueur de droit de reponse, et s'y epancher sur ces lobbys de conso. et leurs enquetes truquées, qui s'etonnent que ce qu'ils ont demandé il y a 30 ans produise des effets imprevus.. Ca sera bien evidemment a demander par un référé, car ils ne repondront pas.
cf
13/12/2017
Tous les ans, Familles rurales distille son fiel contre les petites officines...Familles rurales, (comme Leclerc, le conseil de la concurrence, Etc ) veulent de la concurrence entre officines et casser le monopole des pharmaciens avec le même discours tronqué, basé sur des pourcentages (augmentation des prix de 10 %, PRIX DU SIMPLE AU DOUBLE etc....). Si on reprend le rapport de 60 millions qui préconisait l'ouverture du monopole, vers les GMS, cela faisait économiser selon leurs chiffres : 5 euros par an et par personne !!!!!!! . Casser un réseau qui marche bien pour 5 euros et l'écrire, c'est pas banal... Notre vrai problème est : nos syndicats et notre Conseil de l'Ordre qui ne défendent pas la profession.... PS....Que fait l'Ordre pour les pharmacies avec ventes "internet" qui n'appliquent pas les règles déontologiques et qui sont pourtant répertoriés (donc bénéficiant de PUB gratuite) chez eux ? ...
ANTOINE HURARD
13/12/2017
ce qui est grave est que les journalistes des media autorisés ne valident pas leur source ! ce qui est la règle impérative de ce métier dont la dignité réside dans la résistance au scoop et au ragot au fait il y a t il un conseil de l ordre des journalistes et media et un code de déontologie pour rappeler ces règles baveux et plumitifs devraient être renvoyés à leurs études
lolorigolo
13/12/2017
Bravo à cette truffe de journaliste qui a fait un relevé de prix sur les 40 pharmacies qui entourent son domicile...Dur métier que le sien...et le notre!
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires