Contraceptifs hormonaux et cancer du sein : 20% de risque en plus

Une récente étude, menée par des chercheurs danois et publiée dans le New England Journal of Medicine, le 7 décembre dernier, révèle que les femmes qui prennent une contraception hormonale, qu’il s’agisse de pilule, de patch ou d’un stérilet, ont 20 % de risque en plus de développer un cancer du sein. 
L’étude a été menée au Danemark sur 1,8 million de femmes âgées entre 15 et 49 ans et n’ayant encore jamais eu de cancer ni reçu de traitement contre l’infertilité.
Parmi ce panel de femmes, qui ont été suivies pendant environ dix ans, 11 517 cas de cancer du sein sont survenus.
Selon l’étude, le nombre d’années de prise du contraceptif n’est pas neutre sur la probabilité de développer un cancer du sein. Le risque atteindrait 38 % pour les femmes qui renouvellent leur prescription depuis plus de 10 ans.
Les chercheurs soulignent également que l’impact de la contraception hormonale peut durer longtemps même après avoir arrêté. Chez les femmes ayant pris des hormones depuis plus de 5 ans, le risque de cancer du sein restait élevé, et ce même cinq ans après la dernière prise. Les utilisatrices de moins de 5 ans, elles semblaient épargnées.
L’effet néfaste des contraceptifs hormonaux doit par ailleurs être considéré au regard de l’effet protecteur de ces médicaments sur le risque de cancer de l’ovaire, du col utérin et du cancer colorectal.

Source :  Agence QMI 10/12/2017
Commentaire
Leforestier Janine
13/12/2017
La Revue du Praticien avait déjà signalé ce risque en 2000 pages 451-460...!!!
RADER Serge
13/12/2017
Normal ! les oestro-progestatifs sont le carburant des cellules tumorales...
Ajouter un commentaire