Les victimes du Levothyrox dans la rue

​En Occitanie, les malades du Levothyrox ont organisé samedi matin un rassemblement devant les Caisses Primaires d’Assurance Maladie (CPAM) des départements pour réclamer l'aide de l'Etat.
Si au départ, les groupes de malades de la région avaient juste créé un groupe de paroles sur Facebook, aujourd'hui, ils sont plus de 1 100 à poster des témoignages sur les effets secondaires subis depuis l'apparition de la nouvelle formule du médicament et à poser de nombreuses questions. Les problèmes d’accès aux traitements y sont également relatés. Officines non encore livrées, problèmes d'ordonnance (il faut que le médecin prescrive de l'Euthyrox et non pas du Levothyrox), médicaments délivrés en plaquette et non pas en boîte jusqu'à la vente aux enchères sur Ebay, illégale bien sûr, de deux boîtes.
Florence, responsable du collectif des victimes du Levothyrox en Comminges, désormais affilié à l'Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT), a confié à la Dépêche : « Nous avons affaire à des gens perdus en pleine détresse car malades et ne sachant plus quoi faire  »,  « Des collectifs se montent un peu partout dans la région, Montauban, Narbonne, Auch, Castres...». Les réseaux sociaux ont permis ces regroupements et la pression mise a permis la réintroduction, temporaire, de l'ancienne formule, en pharmacie depuis lundi dernier. « Mais tout le monde n'a pas accès aux réseaux sociaux. C'est pour cela que nous demandons de l'aide aux services publics. Il faut que toutes les victimes puissent avoir accès à l'information, qu'il y ait une permanence en mairie ou dans les centres d'action sociale où les victimes puissent se rendre, témoigner et aussi se faire entendre ».  

Source : Ladépêche.fr 07/10/2017 
Commentaire
saada thierry
10/10/2017
autres temps autres mœurs Rudyard Kipling: tu seras un homme mon fils Annie Duperray: tu seras une victime mon fils
Ajouter un commentaire