Finastéride : risque de dépression et idées suicidaires à surveiller

Des cas de dépression et plus rarement d’idées suicidaires ont été observés chez des hommes traités pour la chute de cheveux (alopécie androgénétique) par finastéride 1 mg (Propecia et génériques). Le risque de dépression est également associé au finastéride 5 mg (Chibro-Proscar et génériques), traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.
Le risque de dépression était déjà mentionné dans les documents d’information (RCP et notice) du finastéride 5 mg. Suite au dernier rapport de sécurité de ces médicaments, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a demandé une modification des documents d’information de toutes les spécialités 1 mg et 5 mg afin d’avertir les professionnels de santé et les patients sur les risques de changements d’humeur, d’idées suicidaires et de dépression. Ces informations figurent donc dorénavant dans les RCP et notices des spécialités Propecia et Chibro-Proscar. Le traitement par finastéride devra ainsi être interrompu devant tout symptôme psychiatrique. L’ANSM rappelle qu’il est possible d’observer une persistance de troubles sexuels après l’arrêt d’un traitement par finastéride. Il peut s’agir d’une diminution de la libido, de troubles de l’érection et de troubles de l’éjaculation.
Par ailleurs, comme mentionné dans les documents d’information, des cas de cancers du sein ont également été rapportés chez des hommes traités par finastéride. Ces médicaments sont strictement contre-indiqués chez la femme.
Les documents d’information de ces médicaments (RCP et notice) peuvent être consultés sur la base de données publique des médicaments.

Source : ANSM 26/10/2017
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire