L' UDGPO monte au créneau sur les achats

Alors que la profession se réunira le 21 Novembre à Paris pour parler de son avenir, l’UDGPO (Union des groupements de pharmaciens d’officine) a d’ores et déjà transmis ses propositions aux syndicats afin de mettre fin aux hausses de prix sauvages des fournisseurs et encadrer et légaliser les rétrocessions. Parmi ces trois axes, celui des rétrocessions est particulièrement sensible. Interdire les rétrocessions apparaît dangereux à l’UDGPO qui y voit une arme de négociation importante vis-à-vis de l’industrie et de la répartition. Par ailleurs, les rétrocessions permettent aux pharmaciens, y compris ceux qui sont groupés, d’avoir une marge correcte avec des fournisseurs qui refusent pour l’instant de travailler avec des groupements. Pour l’UDGPO encore et son président Laurent Filoche « En légalisant la rétrocession, nous dissuaderions de fait les fournisseurs à appliquer des CGV différenciées, sachant qu’un système de contournement légal et opposable s’appliquerait à eux ». Pour toutes ces raisons, et en adaptant les systèmes d’information de sorte à assurer la traçabilité sur les produits, l’UDGPO demande la légalisation des rétrocessions. Sur les hausses de prix des fournisseurs et les modifications des tarifs pratiqués en cours d'année, l’UDGPO souhaite tout simplement que La DGCCRF soit saisie de ces faits et sanctionne ceux qui ne se conforment pas à la loi. Enfin, l’UDGPO pointe et dénonce les usages abusifs de certains sur les données : « Plusieurs entreprises (LGO, GERS…) puisent dans les données de ventes et d’achat de nos adhérents et revendent ces données à nos fournisseurs, au point de vente et sans les anonymiser. De ce fait, ils se servent de nos données pour favoriser la partie adverse dans la relation commerciale. ».  Faire la lumière sur ces pratiques est crucial. A suivre donc. ​

Source : UDGPO

 
Commentaire
cf
16/11/2016
"sachant qu’un système de contournement légal et opposable s’appliquerait à eux" Existerait il des pratiques illégales (de nos jours) pour avoir des remises ? " l’UDGPO souhaite que La DGCCRF soit saisie si les fabricants augmentent leurs prix en cours d'année et sanctionne ceux qui ne se conforment pas à la loi. " Quelle loi? n'est ce pas la concurrence à tout prix et les petits arrangements qui font loi.. Remises à gogo pour les gros chiffres d'affaires et rien pour les petites officines , ça c'est la réalité.. Lire cet article me fait bien rigoler sur l'hypocrisie de l'UDGPO
Jean Lacouetche
16/11/2016
ça fait longtemps que je n'avais pas lu un commentaire aussi sensé sur votre site. c'est exactement la réalité. certains labos augmentent sauvagement les prix en cours d'année. personne ne dit rien et la DGCCRF n'y voit que du feu. les prix augmentent abusivement et c'est nous qui passons pour des voleurs. sur 5 ans on constate des hausses de l'ordre de 25 / 28 % pour la plupart des produits de marque. on se fait défoncer par les multinationales, les fonds de pension , etc .... on arrive même pas à faire respecter la loi dans notre domaine qui est constamment bafouée. les syndicats s'en foutent. les sujets monétaires c'est tabou.
Michel Pannet 08
16/11/2016
Alors ça, c'est curieux, je croyais les groupements unanimement contre les rétrocessions en pensant, apparemment à tort, qu'ainsi les labos seraient obligés de travailler avec les groupements .... C'est en tous cas une attitude réaliste et s'il faut Punir ceux que exerce cette pratique de manière abusive, il y a l’Ordre !
TURPIN Nicolas
16/11/2016
on est tous d'accord alors, légalisons les rétrocessions bon dieu !
Ajouter un commentaire