Patients en ALD : un reste à charge de 750 Euros par an en moyenne

Le dispositif des affections de longue durée (ALD) est-il synonyme de zéro euro déboursé pour les français concernés soit 1 sur 6 atteint de diabète, cancer, insuffisance rénale chronique, infection VIH…?
C’est la question que se sont posée le CISS (Collectif Interassociatif sur la Santé), le magazine 60 millions de consommateurs et la société Santéclair en initiant en 2013 une étude observationnelle sur ce sujet. Cette enquête révèle que les dépenses totales peuvent être évaluées, à âge et sexe équivalent, à 6 300 euros par personne en moyenne en ALD versus 1 800 euros sans ALD avec une prise en charge respective par l’assurance maladie de 88% et 63%. En termes de reste à charge, celui-ci s’élève à 752 euros en cas d’ALD et à 673 euros sans. On peut parler d’une relative maîtrise du reste à charge même si pour 10% des malades en ALD qui totalisent les plus grosses dépenses de santé, ce reste à charge peut aller jusqu’à 1 700 euros. Ce chiffre s’explique par certains soins peu ou mal remboursés (soins dentaires, prothèses auditives…) mais aussi par les dépassements d’honoraires ou encore les systèmes de franchise. Selon l’étude, les complémentaires santé permettent de prendre en charge 36 à 89% du reste à charge moyen après remboursement par l’assurance maladie en fonction du type de contrat dont bénéficient les patients. Lorsque les malades ne sont pas sous contrat collectif, le choix et le coût de la complémentaire santé doivent être étudiés avec attention pour s’adapter au mieux à chaque situation sachant que la maladie a souvent un impact négatif sur les revenus. L’étude suggère d’ailleurs que les personnes en ALD sont moins nombreuses à avoir recours à certains soins parmi ceux générant les plus gros restes-à-charge. Par ailleurs, devant la complexité du système, beaucoup de patients ne savent pas de façon précise s’ils font l’objet ou pas d’une prise en charge à 100%. 

 
Source : communiqué CISS/60 millions de consommateurs/Santéclair  25/10/2016

 
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire