Vaccins : l’académie de Pharmacie fait le point sur les adjuvants

Dans le tumulte des débats entourant la vaccination, l’Académie nationale de Pharmacie publie un rapport sur la balance bénéfice / risque des vaccins contenant un adjuvant aluminique. Un groupe de travail a spécialement été mis en place afin de mener une recherche approfondie de la littérature sur la question.

 

Le rapport note ainsi que le phosphate ou l’hydroxyde d’aluminium sont utilisés dans les vaccins depuis plus de 80 ans, dans le but de stimuler la réponse immunitaire. Sur les 20 dernières années, le groupe de travail a répertorié 445 cas de myofasciite à macrophages, à mettre en regard des quelques 160 millions de doses de vaccins contenant un adjuvent aluminique. Il note également un « pic épidémique » de myofasciite à macrophages entre les années 1994 et 2002 (cf. campagne nationale de vaccination contre l’hépatite B) mais un seul cas depuis 2012.

 

Au regard de l’ensemble des données de ce rapport, l’Académie nationale de Pharmacie « réaffirme avec force que le rapport bénéfice/risque est très en faveur de l’utilisation des adjuvants aluminiques et insiste sur l’apport majeur de la vaccination dans le domaine de la santé publique ».

En parallèle, elle soutient la recherche et le développement de nouveaux adjuvants et souhaite la mise en place d’études spécifiquement dédiées à la recherche de la responsabilité des adjuvants aluminiques dans les manifestations cliniques observées chez certains patients ; aucun lien de causalité n’étant établi à ce jour.

 

A lire : Les adjuvants aluminiques : le point en 2016

 
Commentaire
David M.
07/04/2016
Beaucoup trop de thématiques abordées qui se télescopent, peu de sources, invoquer les effets indésirables des années 30, des cas avérés, d'autres non... Je dirais donc réponse imprécise avec des erreurs évidentes.
RADER Serge
06/04/2016
Rapport imprécis avec des erreurs évidentes. Il commence par confondre l'alu alimentaire et celui injecté, 2 notions bien différentes. Chaque dose de vaccin en contient toujours <0,85 mg (p.8), puis au maxi 0,6 mg (p.11) pour revenir à <0,85mg (p.15). Je signale qu'Infanrix Hexa renferme 0,95mg d'Al(OH)3 soit 0,5mg d'Al+++ et 1,45 mg d'Al(PO4) soit 0,32 mg d'Al+++ (donc erreur dans les vidal et monographies), auquel il faut ajouter les 0,125 mg d'Al+++ du Prévenar injecté simultanément SOIT 0,945 mg = 945 µg d'Al+++ en tout injecté à 2 mois chez le NN, qui va s'accumuler dans le corps en attendant les prochaines mêmes injections à 4 mois puis à 11 mois, puis celui de la méningite C à 12 mois, et pourquoi pas celui de la méningite B (2 inj après 6 mois, 3 avant 6 mois). En cosméto (p.10) <0,6% mais 2% possibles (cf présence alu dans cancer sein). Dans soluté parentéral <25 µg/l, QUID ? quand l'infanrix Hexa est injecté dans un capillaire de la cuisse du BB comme ça arrive fréquemment (p.17: un vaccin ne doit pas être injecté par voie intravasculaire). P.30: la France est le seul pays à avoir fait une forte campagne vaccinale HB (de1994 merci Douste-Blazy en récompense SKB financement législatives 1993 jusqu'à1998). Faux: l'Italie par son ministre de la santé corrompu De Lorenzo, condamné à forte amende et prison (c'est pas la France qui relaxe), a sorti une loi d'obligation en mai 1991 après un pot-de-vin de 600 millions lires (et on observe aussi des MAM là-bas). En Nlle-Zélande aussi en 89/91. P.34= faible dose d'alu injectée, mais sous forme de nanoparticules sont très toxiques...d'autant plus qu'elles s'ajoutent à toutes les autres métalliques qu'on y trouve cad toute la class de Mandeleiev fonction des vaccins. P.35 conclusion = la vaccination a permis d'éradiquer la variole, c'est une plaisanterie! (je conseille à l'Académie de prendre connaissance, car elle ne l'a pas fait à l'évidence, du rapport de l'OMS qui indique que c'est la surveillance-endiguement qui a résolu le problème). D'ailleurs la dernière campagne vaccinale de 1962 en Inde s'est soldée par un échec et un arrêt brutal après 18 mois : de 55.000 cas, ils sont passés à 85.000 cas. Idem en morbidité aux Philippines dans les années 30. Le vaccin a aussi permis de contenir la tuberculose. Ah bon ! on a toujours 5000 cas annuels alors que nous sommes les seuls à vacciner en Europe. Pas aux USA (quand on est tuberculine <0 on est sain!), ni en GB et NL qui n'a jamais vacciné et avec 4 fois moins de cas. La Suède qui a abandonné le vaccin en 1975 a continué à voir décroître sa courbe de fréquence. En 1996, encore 7600 cas en france dont 50% étaient vaccinés, 70% parmi les 300 enfants<15 ans. Au début année 90, cf les 93 infirmières de l'APHP toutes contaminées alors que toutes vaccinées. Alors l'utilité du BCG ???? non dépourvu en plus d'effets collatéraux notamment broncho-ORL et autres bcgites. D'ailleurs on ne recommande plus de revacciner, tiens donc, il est vrai qu'il y a 20 ans on voyait beaucoup de carnets de vaccinations de NN avec jusqu'à 4 MONOVAX effectués à la suite... heureusement il a disparu en 2006 (en catimini d'ailleurs tout comme le Sabin oral où on pourrait aussi s'étendre - ceux qui passeront à Vérone pourront observer la plaque dans un jardin public des 2 frères Tremante décédés dans les années 70 après sa prise, le troisième vivant depuis avec une assistance respiratoire. Contenir le tétanos ! une question me taraude: sur la douzaine de cas annuels actuels et les 2-3 décès constatés (très âgés donc faible syst immunitaire), les réchappés, malgré leurs Ac sont susceptibles de le contracter encore, et le vaccin devrait protéger alors que les HLA/B5 par ex sont des répondeurs nuls au vaccin.... Pour la diphtérie et autres maladies se reporter aux courbes de morbidité depuis le début XXè siècle et non pas à partir de l'introduction du vaccin qui s'est traduit par une augmentation de la maladie (USA, Canada, GB, Allemagne, Australie...). Il faudrait un vaccin pour le SIDA (voir déclaration de Laurent Louis député belge qui déclare responsabilité de la Belgique dans l'origine de l'épidémie au Congo Belge par inj du vaccin polio fabriqué sur place), pour Ebola (rendu plus mortel par manipulation génétique effectué à partir des centres américains BSL 4 situés en Guinée, Libéria et surtout Sierra-Leone -à Kenema- où tout est parti et qui est actuellement fermé), pour Zika qui n'a pas fini de nous réserver d'énormes interrogations.... On nous dit enfin que l'alu est utilisé depuis 80 ans, combien de vaccins par rapport au calendrier démentiel du NN aujourd'hui et en peu de mois après la naissance avec un système immunitaire et une barrière HM non formé. Années 50: la variole à 18 mois, le DT à 30 mois (D en 1938 et T en 1940, à propos du tétanos: 246 décès en 1925 tombés à 151 en 1937; vaccination en 1940 notamment les soldats, repassés à 997 en 1943 puis 1031 en 1944, il faudra attendre 1962 pour retrouver le chiffre d'avant guerre), le BCG à 6 ans et la polio à partir de 1960 = c'était raisonnable, ce ne l'est plus aujourd'hui ! Mr Floret (CTV) se lâche un peu depuis qu'il est en retraite, reconnait que le phosphate de Ca composant naturel de l'os (80%) ferait aussi bien l'affaire comme adsorbant (Pasteur 1974-1986) plutôt que l'alu neurotoxique, favorable maintenant à la levée de l'obligation vaccinale comme partout en Europe Occ. Pour finir la balance Bénéf/ Risque reste à démontrer par une vaccinovigilance qui n'existe toujours pas dans notre pays (L'Italie l'a mis en place récemment, poussée par une jurisprudence abondante, et des résultats qui interpellent (voir le rapport AIFA 2014 -notre ANSM- dont les effets secondaires des vaccins explosent.... Ex du vaccin à rotavirus, celui de la varicelle (et maintenant du zona au prix scandaleux de 128€ la dose soit 3 fois plus cher que celui de la varicelle, celui du ROR (scandale MMR/autisme du CDC américain dénoncé par Bill Posey député de Floride), pour l'HB, fallait-il condamner à vie des personnes qui n'en avaient pas besoin, non pas 445 cas mais plutôt près de 1000 MAM, des SEP passées de 5 à + 8 pour 100.000, des SLA qui ont triplé tout comme les maladies neurologiques, les diabètes insulino -dépendants chez les enfants qui ont explosé comme des études italienne et zélandaise l'ont montré, etc....(Crohn, asthme, arthrite, autisme). Sans oublier le scandaleux Gardasil. Assez, on n'en finirait plus !
RADER Serge
05/04/2016
mais il n'y a pas que l'excipient aluminique ! voir la nouvelle du jour concernant les nanoparticules métalliques polluant le vaccin MENINGITEC (La Montagne d'Auvergne) dans un lot non concerné par le retrait du fabricant. Et tous les vaccins à usage humain sont concernés sauf le seul vétérinaire analysé, le Feligen, qui en est totalement exempt. Ce qui n'est pas bon pour les animaux, l'est pour l'être humain ?
Ajouter un commentaire