Anne Caravel : Une pharmacie 100% naturelle pour une santé durable

Anne Caravel, titulaire pharmacie du jardin exotique (Monaco)

Titulaire installée depuis 10 ans près du jardin exotique de Monaco, d’où le nom de son officine, Anne Caravel a fait ses études de pharmacie à l’Université Catholique de Louvain et depuis suivi de nombreuses formations universitaires en phytothérapie aromathérapie (faculté de médecine de LYON), en nutrition et micronutrition (faculté de médecine de Dijon) … Tous ces savoirs, Anne Caravel les retransmets au quotidien à une équipe de 10 collaborateurs, ceux exerçant dans son officine et celle de son mari installé à quelques rues. Toutes les formations se font en commun, même si chacun revendique son créneau, le bio et le naturel pour Anne, la gestion des sportifs et du stress pour son mari Alexandre.  
Mais aujourd’hui, c’est bien Anne Caravel que la rédaction a choisi de rencontrer pour mieux comprendre ses choix, l’apport du bio et la façon dont elle gère et anime son espace commercial dans ce quartier résidentiel de Monaco.  
Plus d’informations sont accessibles via son site :

Celtinews : Anne Caravel, qu’est-ce qui vous a amené à prendre et développer cette orientation de pharmacie bio, et comment définissez-vous ce concept ?
 
Anne Caravel : Je voudrais d’abord préciser que ma pharmacie fait aussi de l’allopathie, pas que du naturel.
Mes deux premières années ont en fait été très classiques mais je me suis rapidement rendue compte qu’en termes de conseils, beaucoup de zones restaient sans réponse si l’on ne considère que l’allopathie. Comment soigner un virus hivernal ? Une douleur chronique ?...
Mon orientation vers le naturel est aussi très liée à une forte demande de la clientèle. Les affaires du Médiator et plus récemment du Levothyrox ont clairement aiguisé l’appétit pour une médecine naturelle.  Les clients veulent des traitements efficaces mais dépourvus de polluants : pesticides, métaux lourds… Vous remarquerez que je parle plus volontiers de naturel que de bio ! La notion de bio me dérange un peu car certaines cultures non bio peuvent être de meilleure qualité que des cultures bio. Finalement l’allégation bio doit correspondre à un niveau de qualité même si les producteurs ont compris l’intérêt commercial du label et oui, 98% de ma gamme est bio.
 
Enfin, mes convictions personnelles orientent mon activité et mes choix. J’ai toujours pensé qu’on ne donne pas la même chose à tout le monde. Les envies des patients sont différentes, et nous devons en tenir compte, nous adapter pour aller vers des traitements individualisés.  

Maintenant, quand je parle de phytothérapie, je parle de phytothérapie moderne, s’appuyant sur des essais scientifiques, et qui puisse alimenter des conseils de qualité, pas ceux issus d’une lecture sauvage sur Internet.  
Ce que je recherche, c’est pouvoir très vite, adapter mes conseils à chacun avec des extraits de plante efficaces et non contaminés, issus de cultures écoresponsables.

Celtinews : Pour délivrer ces conseils très variés et personnalisés auxquels vous aspirez, votre offre doit être très large. Qu’est-ce que cela signifie en termes de références de produits ? 

Anne Caravel : Oui, Mon Bar à Plantes BIO ne compte pas moins de 60 tisanes différentes, 18 mélanges que nous réalisons avec nos propres formules.
Nous avons 57 sirops de plantes fraiches, 200 huiles essentielles BIO, toutes huiles végétales, 80 références de gélules d’extrait concentré de plantes. 
La pharmacie du jardin exotique offre le plus large choix de remèdes naturels sous toutes leurs formes, de San Rémo à Marseille. 
Je travaille beaucoup avec des producteurs locaux et nous avons une parfaite traçabilité des références. 
Je développe également des partenariats pour disposer de plantes fraiches. Grâce aux plantes cultivées sur les toits de Monaco par Terre de Monaco, nous proposons des sirops de sauge ananas ou de taget.   
Certaines plantes comme le curcuma correspondent à des « plantes stars » parce que très riches en principes actifs (plus de 200). Il y a toujours une bonne raison de prendre du curcuma : douleurs articulaires, détox hépatique, maux de ventre, dépression…
Les tisanes ont énormément de succès. Elles occupent une place particulière dans l’inconscient collectif et au Bar à Plantes, les clients peuvent voir les plantes, les toucher, les sentir et les déguster. Le côté sensoriel engendre une demande spontanée importante. 
Pour la même raison, le rayon diffusion d’huiles essentielles correspond à la seconde demande la plus importante en spontané. 
Parce que les indications à traiter sont extrêmement variées, je m’attache à développer un spectre complet de produits naturels. Aromathérapie, phytothérapie, homéopathie, beaucoup se spécialisent alors que chaque gamme a sa place. 
L’ensemble des produits naturels proposés dans ma pharmacie répondent à une charte qualité… nous avons créé notre propre label : maPharmaBIO. Je procède à des audits réguliers de mes fournisseurs (analyses par chromatographie de chaque lot) afin de garantir un niveau élevé de qualité. J’exerce mon métier de pharmacien aussi sur ce registre. 

Celtinews : Potre initiative est très personnelle, pensez-vous qu’il y ait un avenir plus large pour les pharmacies « bio » ?

Anne Caravel : Le milieu de la pharmacie évolue, se structure de plus en plus à travers les groupements et la pharmacie bio peut intéresser ceux de mes confrères qui souhaitent rester indépendants.
A ce jour, nous sommes les seuls vraiment spécialisés sur ce créneau sauf une pharmacie à Grasse et une autre sur Marseille mais au cours de l’année, quatre ou cinq pharmacies nous ont appelés et souhaiteraient nous rejoindre pour travailler de la même manière. 
Des personnes viennent de Cannes ou d’Italie pour se servir à la pharmacie. Il y a un vrai élan du public autour du naturel. Mais, si référencer des tisanes est facile, apporter un conseil sérieux en phytothérapie exige un vrai chemin en termes de formation pour être comparé à l’allopathie. Etre exigeant en termes de formation des équipes, un conseil personnalisé sur mesure, validé scientifiquement constituent aussi nos remparts contre Amazon ou Leclerc.
Leclerc ou Amazon regarderont toujours la rentabilité par les volumes… hors pour un conseil personnalisé, il est difficile d’anticiper la démarche d’achat, elle peut être très différente d’une période à l’autre. 
Les gens préfèrent venir acheter des tisanes dans notre pharmacie plutôt que sur Internet ou dans des boutiques spécialisées car ils sont assurés d’une super qualité, les teneurs en principes actifs dans nos plantes sont garanties. Nos plantes sont moins polluées et plus concentrées.  
Moi, mon rêve pour le futur serait de travailler à plusieurs pharmacies partageant les mêmes valeurs de qualités et de soin… mais aussi avec des commerces, des restaurants… ayant comme nous une démarche écoresponsable.
Nous nous inscrivons déjà dans une démarche écologique avec des livraisons à vélo ou en voiture électrique. Nous sommes vigilants sur le respect des ressources naturelles de nos fournisseurs (pêche écoresponsable pour nos compléments à base d’OMEGA 3 par exemple). 
Pour résumer ma pensée, le patient doit rester au centre du conseil, sans impératif de choix financier, sans opposer l’allopathie aux médecines naturelles et toujours en bonne coordination avec les médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, coach sportifs, ostéopathes…

Celtinews, le 19/07/2018
Commentaire
Koumaré Mamadou
20/07/2018
Bonjour '' un avenir plus large pour les pharmacies Bio'' , sans doute j'y crois ; en Afrique francophone on parle de''MTA'' (médicament traditionnel amélioré). Toutes nos félicitations et encouragement à notre consœur.
Ajouter un commentaire

Articles similaires