Interview Maurice Belais, président d’Offisanté : Rupture de médicaments, Vigirupture, 1ère solution pour répondre aux patients





Maurice Belais, Président Offisanté





Selon un sondage ODOXA publié en octobre 2017, les ruptures de stocks de médicaments se sont multipliées. 96% des pharmaciens et 63% des français le disent !  Si la mesure et les causes des ruptures restent souvent obscures (contingentement, distribution sur un ensemble de pays…), plus du tiers des patients changeraient de pharmacie en cas de rupture fréquente de médicaments. 
Pour l’ANSM la rupture de stock correspond à l’impossibilité de s’approvisionner auprès de n’importe quel grossiste, mais pour le patient la rupture de stock commence dès lors qu’il ne trouve pas le médicament voulu dans l’officine dont il a poussé la porte ! Le problème est doublement critique pour le patient et pour le pharmacien. Aucune solution ne permettait jusqu’à présent d’apporter une réponse satisfaisante au patient et gérer la situation au comptoir. Pour Maurice Belais, Président d’OffiSanté, la situation devait trouver une solution. Vigirupture est lancé cette semaine ! N’hésitez pas à regarder aussi la vidéo de présentation de Vigirupture :
https://youtu.be/W-w_YsLJaZA

Celtinews : Pouvez-vous nous dire en bref comment se passait une rupture de stock avant l’arrivée de Vigirupture ? 

Maurice Belais :
C’est tout aussi simple que désastreux. Le pharmacien constate la rupture sur son ordinateur, appelle le  grossiste, téléphone à ses confrères, un à un, pour tenter de trouver une réponse immédiate ou invite le patient à rechercher par lui-même une pharmacie qui aurait encore du stock...
Dans le cas où il y a rupture du médicament au niveau du grossiste, certaines pharmacies peuvent encore en avoir mais on ne sait pas lesquelles.
Laisser le patient sans réponse est un véritable problème et passer du temps à téléphoner à ses confrères n’est pas idéal, pour ne pas dire plus.

Celtinews : Qu’est ce qui change avec Vigirupture, et comment ça fonctionne ?

Maurice Belais :
Vigirupture est le premier outil collaboratif qui propose une solution aux pharmaciens pour trouver le produit dont il a besoin, pour son patient. 
Vigirupture s’applique uniquement aux médicaments, à l’exclusion des stupéfiants. 
Il n’y a aucune notion d’affichage de prix, notre unique objectif étant de savoir gérer une rupture en deux clics. 
L’inscription sur Vigirupture est gratuite. Les pharmaciens partagent entre eux les informations sur leurs stocks de médicaments et lors d’une rupture, trouvent une réponse immédiate parmi leurs confrères les plus proches.
Avec Vigirupture, on passe d’une situation subie à une proposition de solution pour le patient.
Une cartographie des pharmaciens de la communauté s’affiche sur le site, et les pharmacies disposant du produit recherché apparaissent directement en vert.  Si vous cliquez sur une de ces pharmacies, vous savez si le médicament ou ses génériques reste en stock, quels dosages sont disponibles ou encore quels sont les horaires d’ouverture de cette pharmacie.
Le service est gratuit pour tout pharmacien qui s’inscrit et partage ses infos au quotidien. 
L’effet solidarité s’exprime et renforce les relations entre confrères à l’intérieur d’un groupement ou hors groupement. 
Vigirupture est un outil hyper intuitif, disponible 24/24h qui ne nécessite aucune formation. 
Je pourrais presque dire qu’avec Vigirupture, nous proposons le « Waze du médicament ». 

Celtinews : Maurice Belais, comment se passe le lancement et quel avenir pour Vigirupture?

Maurice Belais :
Vigirupture a été créé au second semestre 2017 et lancé cette semaine !
3 000 pharmacies partenaires Offisanté sont déjà présentes sur la carte et chaque jour de nouvelles rejoignent le réseau, le service est d’ores et déjà opérationnel. 
En une seule journée sur les Rencontres de l’Officine, nous avons accueilli 20 nouveaux adeptes. 
Les pharmaciens qui s’inscrivent viennent de partout en France, sans spécificité géographique, ni en termes de région, ni en termes d’habitat. Ils exercent indifféremment en ville ou à la campagne. 
Vigirupture sert l’ensemble de la communauté des pharmaciens qui devrait très vite s’enrichir avec la campagne d’information que nous lançons et par les recommandations des adhérents à leurs confrères.
Vigirupture est réservé aux officinaux et défend avant tout la Croix verte. 
Des usages découleront certainement de sa mise en œuvre tout comme un jour nous pourrions étendre le service au-delà des frontières de notre pays mais pour l’instant, soyons forts chez nous, et autour du patient, au centre de notre démarche.   

Référence :

Celtinews, le 15/02/2018
Commentaire
maignan
15/02/2018
La cause des ruptures n'est pas si obscure que ça : c'est la Secu. Apres s'etre longtemps présentée comme au service de la Santé, elle met de plus en plus la Santé a son service. Ainsi que la Santé des malades. Et menace les finances des labos internationaux, qui rechignent de plus en plus a accepter le monopole des prix et l'autorité d'un organisme qui, au niveau mondial, ne represente que 1% de leur C.A. Leurs medicaments"territoire francais" au prix bloqué viennent de plus en plus concurencer ceux (les memes) qu'ils vendent sur les marchés a prix "normaux", réexportés par des petits malins qui ont bien remarqué la grosse marge que l'on peut faire aux depens de ces pauvres malades francais, qui ne sont plus livrés. Bref, moins de medicaments, moins de medecins pour les prescrire, et moins de pharmacies pour les dispenser. La Secu va pouvoir fierement mettre en avant sa "maitrise"....du rationnement ! Quand aux couteux medicaments de l'Avenir, en mab et en inib, elle va faire comme pour les triptans il y a 30 ans ; Trop chers, pas question de les accepter, et debrouillez vous avec la Suisse ou la Belgique, Mais demandez donc a un politique d'avoir le courage de repeter ce qu'avait dit Alain Juppé, alors Premier Ministre "Eh oui, helas, il ya la Secu...", ça sera la fuite !!!
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires