Nicolas Wolikow : La plateforme Qare, une belle opportunité de collaboration pour les pharmaciens

Nicolas Wolikow, Co-fondateur et CEO Qare       

Il y a quelques jours, nous nous faisions l’écho du lancement de la plateforme de vidéo consultation Qare. 
Après un lancement réussi en Angleterre, cette nouvelle plateforme qui propose des services de santé pour toute la famille, fait son entrée sur le territoire français. D’un accès simple et sécurisé Qare permet de prendre en charge les situations médicales de premier recours en moins de 5 minutes, entre 9h et 23h, 7/7 jours !  Cette initiative offre aux patients la possibilité de recourir à une ou plusieurs des 15 spécialités disponibles sur la plateforme : médecine générale, dermatologie, orthophonie, kinésithérapie ou encore la gynécologie pour être accompagnés et soignés au quotidien. La traçabilité des actes est réalisée par la rédaction systématique d’un compte-rendu de consultation et les ordonnances sont mises à disposition des patients en temps réel avec un suivi de l’ordonnance notamment auprès du pharmacien.
Enfin, bref, nous avons voulu en savoir plus et comprendre par l’interview de son fondateur, Nicolas Wolikow, quelle était l’histoire de Qare et comment les pharmaciens pouvaient y collaborer. 

Celtinews : Votre plateforme a démarré en dehors de la France, pourquoi et comment ?  

Nicolas Wolikow : 
Le démarrage de Qare en Angleterre s’explique à la fois par des raisons structurelles et conjoncturelles. 
Je suis moi-même expatrié depuis 20 ans et j’habitais à Londres lorsque le projet est né. 
Mon expérience d’expatrié m’a fait toucher du doigt les difficultés d’accès à la médecine locale quand on ne vit pas dans son pays natal et que la langue est autre que le français. 
Ma vie à l’étranger m’a aussi permis de découvrir d’autres systèmes de santé et d’autres pratiques médicales. Pour reprendre l’exemple du Royaume-Uni, le fonctionnement du NHS est très différent du système sanitaire français. Les délais de RDV médicaux sont très longs, les patients ne sont que rarement auscultés, et quand ils le sont c’est le plus souvent par une « nurse ». 
Pour toutes ces raisons, nous avons voulu commencer par réaliser un projet pilote ciblant les résidents français vivant à Londres, répondre à leurs problématiques spécifiques, mais avec dès le départ l’idée d’adapter notre offre à la France. 
Sur un plan structurel maintenant, le marché britannique est depuis longtemps exposé à la télémédecine et il est aussi plus facile de trouver des partenaires IT adéquats en Angleterre. 
Le déploiement du pilote a rapidement été rendu possible grâce au financement de Kamet, un incubateur financé par AXA pour aider les entrepreneurs de tous les domaines dont celui de la santé à accélérer leurs idées. 
Kamet nous a fait bénéficier de son expertise et nous a soutenu financièrement d’abord avec 2,5 Millions d’euros puis 6 Millions un peu plus tard.  
Aujourd’hui, nous avons des bureaux à la fois à Paris et à Londres et nous sommes fiers de défendre notre identité française. Notre modèle s’appuie sur celui du système de santé français, notamment dans la phase d’interrogatoire des consultations que nous avons souhaitée très complète ainsi que pour orienter les patients vers des consultations physiques au sein du parcours de soins.

Celtinews : Comment voyez-vous le pharmacien utiliser la plateforme Qare en pratique ? 

Nicolas Wolikow : 
La plateforme Qare s’inscrit dans le parcours de soins et le pharmacien aussi. 
Qare ne se limite pas à proposer de la téléconsultation. Par exemple, un partenariat a été conclu avec Vidal sur les correspondances médicamenteuses entre la France et le Royaume-Uni et l’aide à la prescription, des comptes rendus de consultation sont rédigés en temps réel, le patient peut choisir de se faire livrer ses médicaments en pharmacie, sur son lieu de travail ou à son domicile en fonction des villes, des agglomérations et des partenariats que nous nouons. 
Pour vous donner une idée, 40 à 45% des consultations qui passent par la plateforme donnent lieu à une prescription et en Angleterre une livraison organisée s’en suit dans 20% des cas.
Nos partenariats avec les pharmaciens peuvent concerner des groupements comme des pharmacies unitaires avec l’avantage pour le patient de bénéficier d’une ordonnance préparée avant son passage.  
Nous cherchons clairement à nouer des partenariats avec les pharmacies françaises et j’invite d’ailleurs tous les pharmaciens intéressés à s’adresser à moi personnellement ou à nous contacter à l’adresse suivante : contact@qare.io​
La pharmacie d’officine est pour moi un véritable lieu de santé. Au-delà des ordonnances, le pharmacien pourra grâce à la plateforme Qare, rentrer en contact dès les prochains mois avec un médecin généraliste ou un spécialiste en fonction du besoin, appuyer un conseil, aider au diagnostic, et converser directement avec le patient. Les objets connectés qui passent par le pharmacien sont une autre opportunité pour lui de s’intégrer totalement à l’équipe médicale avec une valeur ajoutée propre.  
Plus la largeur du prisme sera grande, plus la valeur de l’offre sera forte auprès du patient. 

Celtinews : Beaucoup de plateformes voient le jour, quels sont globalement les atouts de la plateforme Qare ? 

Nicolas Wolikow : 
Qare est une plateforme de télémédecine et non de téléconseil et au titre du contrat que nous avons signé avec l’ARS Ile-de-France, nos médecins ont le droit de consulter, proposer des diagnostics et rédiger des ordonnances. 
L’accès à Qare se fait sans condition préalable de souscription à une assurance ou une mutuelle, il n’est nullement conditionné au système assurantiel.
Concernant les services proposés, la plateforme intègre à la fois de l’information médicale, de la mise en relation, du conseil avec un service de second avis, de l’orientation, et demain continuera à se développer autour des objets connectés. Plusieurs modules d’accès à des spécialistes sont d’ores et déjà organisés autour de la nutrition, du burnout, de la santé au travail pour ne citer que quelques exemples et nous sommes également en train de développer un cursus de télémédecine en collaboration avec des universités à Paris et en province. 
Depuis le début, nous n’avons pas souhaité nous limiter à la médecine générale. Le patient peut choisir un professionnel de santé parmi plus de 15 spécialités et une nouvelle spécialité par mois s’ajoute à notre offre. 
Je ne connais pas d’équivalent à la plateforme Qare dans toute l’Europe quant à l’étendue de ses services.
Notre comité scientifique sur lequel nous nous appuyons pour toutes les grandes orientations du projet et avec lequel nous interagissons quotidiennement sur des questions d’éthique, de déontologie, de qualité de nos services est un autre point fort de notre proposition aux patients et aux professionnels de santé.
Côté pratique enfin, il suffit d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur muni d’une connexion internet pour se connecter à Qare. 


Références :

Celtinews, le 30/01/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires