Interview Emmanuel Sierra : Monali, une plateforme interprofessionnelle d’avenir




Emmanuel Sierra, Président DV Santé




DV Santé a lancé la première plateforme de coordination interprofessionnelle, Monali, avec recherche et mise à disposition des solutions nécessaires au retour à domicile du patient hospitalisé et à son suivi par les professionnels de santé libéraux de ville. Emmanuel Sierra, son Président, un infirmier au parcours atypique rencontré lors du congrès national des pharmaciens à Montpellier, nous dit tout sur le fonctionnement de cette plateforme et surtout son intérêt pour le pharmacien, pivot de la coordination des soins en ville. L’avenir de Monali s’annonce plus que prometteur avec des possibilités d’investissement y compris pour les pharmaciens d’officine !


Celtinews : Quels sont les intérêts et avantages de la plateforme Monali pour le pharmacien ?
 
Emmanuel Sierra : Si l’ensemble des acteurs de santé est impliqué dans le maintien à domicile (MAD) et son suivi, le pharmacien joue un rôle pivot. Il en est même un coordinateur essentiel, mais ne disposait pas jusqu’à présent des outils nécessaires. 

La plateforme que nous proposons permet la coordination du parcours de soins. Elle articule la ville et l’hôpital. La prise en charge démarre dès l’amont de son hospitalisation au moment où sont émises les ordonnances de matériels et dispositifs médicaux en lien avec l’intervention subie par le patient et se poursuit lors des échanges avec les professionnels de santé en ville (médecins, infirmières, pharmaciens…) lors de la convalescence. 
Le pharmacien émet des conseils qui vont jusqu’aux solutions de MAD avec une rémunération du service à la clé. Le modèle économique de la plateforme repose sur une relation triangulaire entre Monali, le pharmacien et le partenaire de MAD. L’adhésion du pharmacien à la plateforme dépend des conditions de nos distributeurs au niveau local. En PACA par exemple, la plateforme est soutenue par des sponsors et le pharmacien ne paie aucun droit d’utilisation. C’est l’objectif que nous nous sommes fixés. 
Pour continuer sur le service offert, une application patient permettra à ce dernier de se connecter avec son équipe de soins, prendre des photos de ses ordonnances, récupérer des documents. A ce jour, 2 500 infirmières et une centaine de pharmaciens de la région PACA et Aquitaine mais aussi une dizaine d’établissements de soins se sont appropriés la plateforme Monali. 
Des partenariats sont en cours de négociation dans l’objectif de toucher plus rapidement les établissements hospitaliers.

Celtinews : Comment cela fonctionne-t-il en pratique pour le pharmacien ? 

Emmanuel Sierra : Première étape. Généralement trois semaines avant son hospitalisation, le patient exerce son libre choix et désigne ses soignants clés dont le pharmacien qui est alors référencé dans la plateforme. 
Les données du patient, qui bénéficient d’un hébergement agréé, lui deviennent alors accessibles et le pharmacien peut lui-même rentrer des données complémentaires.

Deuxième étape. Les professionnels de santé consolident leurs actions autour du patient et communiquent entre eux de façon dématérialisée (dématérialisation de l’ordonnance notamment), les messages et l’espace patient étant raccordés. 

De nombreux parcours de soins ont déjà été gérés avec Monali.

Le patient contrôle les droits de son dossier, accède à ses ordonnances et à son équipe, dispose du droit de rectification et d’oubli de son dossier et accède à son suivi médical par l’intermédiaire de son médecin traitant et de l’hôpital. 
       
Celtinews : De quel retour d’expérience disposez-vous de la part des professionnels de santé et comment envisagez-vous l’avenir de Monali ? 

Emmanuel Sierra : Les retours que nous avons sont très positifs. Au Centre Hospitalier de Dax par exemple, la durée moyenne de séjour a diminué sur des chirurgies majeures. 

S’il fallait le prouver, oui, nous impactons directement le taux d’ambulatoire et l’optimisation des parcours en permettant aux praticiens d’améliorer la qualité des soins et leur fluidité. Ce faisant, la durée de séjour diminue, y compris pour des praticiens qui y étaient déjà sensibles !  

Le pôle de coordination Monali vérifie d’autre part la satisfaction des patients et la qualité de leur accompagnement. 

Concernant notre développement, l’entreprise qui compte aujourd’hui 14 collaborateurs et a déjà bénéficié de fonds publics et privés (Fond régional aquitain, business Angels issus du monde numérique) et souhaite lever 1,5 millions d’euros pour accroitre sa présence. Elle offre en ce moment aux pharmaciens et aux groupements la possibilité d’entrer au capital par le biais d’une plateforme de crowdfunding, le but étant de changer d’échelle et de profiter de l’effet volume de la pharmacie officinale. 

Je vous en dirai plus sur ce point très prochainement…
Celtinews, le 13/11/2017
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires