Hubert Olivier : OCP, un temps d’avance sur l’innovation digitale

Hubert Olivier, Président OCP

En octobre 2016 OCP a lancé « Premium » proposition de valeur répondant aux plus fortes attentes des pharmaciens en termes de disponibilité des produits (grâce à une plateforme de centralisation et de synchronisation des stocks), solutions achats (offre avec prix et marges), soutien à l’installation pour assurer le renouvellement des générations (partenariat Interfimo - LCL), et le développement du digital dont chacun savait l’importance mais qui n’existait pas vraiment à l’officine. C’est pour répondre à cette opportunité majeure qu’OCP a lancé sa plateforme LINK en avril 2017. Hubert Olivier, Président OCP a accepté de revenir avec nous sur le lancement de cette plateforme de services unique et à travers elle, la transformation du métier d’OCP de répartiteur vers celui de distributeur de produits et services de santé. A ce propos, OCP vient de recevoir le prix « Vitrine industrie du futur » lors de l’évènement BIG organisé par BPI France qui souligne la transformation exemplaire des outils industriels -  via le numérique le plus souvent -, pour sa plateforme de synchronisation des stocks. Nous l’en félicitons. 

Celtinews : Hubert Olivier, OCP a lancé en début d’année la plateforme de services LINK. A quel besoin répond cette solution digitale au service des groupements, des pharmaciens et des patients ?  En quoi est-elle unique ?

Hubert Olivier : Nous avons commencé à travailler au design et à l’élaboration de LINK dès le début de l’année 2016 pour un lancement commercial intervenu en octobre 2016 et un déploiement opérationnel dès avril 2017.
Aujourd’hui, LINK compte 6 000 abonnés, gagnés progressivement grâce à l’implication et à la mobilisation de nos forces de vente. 
Le caractère unique de LINK est de réunir en un même espace toutes les facettes du métier. 
LINK est une place de marché, permet le pilotage de la performance et celui de la relation patients. 
LINK s’adresse à tous les pharmaciens. Les premiers abonnés sont d’ores et déjà convaincus que le digital n’est pas une menace mais une opportunité. 
Cet adage vaut aussi bien pour les collaborateurs OCP que pour les pharmaciens d’officine. 
Nos commerciaux les plus « Geek » sont aussi les plus performants pour promouvoir LINK. Ensuite, au sein de l’officine, une personne motivée, titulaire ou membre de l’équipe, suffit pour que l’appropriation et la mise en route de LINK soient un succès. 
Au tout début, beaucoup de questions nous ont été posées par rapport aux LGO mais avec LINK, nous sommes dans la complémentarité et non dans le remplacement du LGO courant des pharmaciens. 
Maintenant, je souhaiterais revenir sur le rôle moteur que jouent les groupements dans l’émergence du digital, comme ils l’ont joué dans l’émergence du générique à l’officine.  
Pharmactiv qui réunit près de 1 600 adhérents prévoit le lancement prochain de l’application MyPharmactiv. 
Les premiers groupements qui proposeront LINK et une application patient personnalisée seront ceux qui sont déjà les plus tournés vers le digital et les services aux patients. Je suis convaincu que le maillage serré de groupements sur notre territoire constitue une condition extrêmement favorable à l’émergence du digital au service de la pharmacie. D’autres suivront. 

Celtinews : Près de 2 années ont été nécessaires pour co-construire la plateforme LINK. Qui sont vos premiers clients et quel est leur retour d’expérience après plusieurs mois d’utilisation ? 

Hubert Olivier : L’enthousiasme est au rendez-vous ! 
Toutes les caractéristiques que nous avons voulues pour la plateforme sont aujourd’hui reconnues par son utilisateur final.
Je veux parler ici de la simplicité d’utilisation de LINK, de son caractère très intuitif, la facilité d’accès aux meilleures offres en très peu de temps, offres groupements ou laboratoires, et prochainement, les services autour de la relation patients vont monter en puissance.
Le mode de co-construction adopté dès le départ nous a permis d’atteindre nos objectifs. Les pharmaciens impliqués dans le processus ont d’ailleurs testé la toute première version pour s’assurer de l’opérationnalité de la plateforme et proposer des améliorations. Des mesures régulières de clics, du nombre de pages vues… nous permettent d’apprécier l’utilisation faite de la plateforme et nous interroger au quotidien sur la satisfaction de nos clients. 

Les premiers utilisateurs de LINK sont des clients OCP, des adhérents Pharmactiv et des pharmaciens qui n’étaient ni clients OCP ni adhérents Pharmactiv. Ils représentent la diversité territoriale de la France également puisque nous avons des abonnés en ville ou titulaires en milieu rural.
  
Celtinews : Hubert Olivier, quels plans d’action et de développement sont envisagés pour améliorer encore le service proposé et répondre aux nouveaux enjeux du métier de pharmacien ? 

Hubert Olivier :​ Avec le digital, rien n’est jamais figé ! 
Le processus est en évolution continue et nous poursuivrons notre démarche de co-construction avec les pharmaciens pour mieux satisfaire nos clients et permettre à d’autres de bénéficier de tous les avantages de LINK. 
Au-delà de l’amélioration constante recherchée, les services autour des patients rendus possibles par l’avenant numéro 11 signé en juillet seront notre principal cheval de bataille. 
Entretiens pharmaceutiques, bilans de médication, création d’un dossier patient qui rassemble tous les éléments passant par la plateforme, nous répondrons au mieux à tous les enjeux d’observance impliquant l’intervention du pharmacien. 
Ces développements nécessitent d’offrir un cadre totalement sécurisé, ce qui est le cas de LINK, et d’être clairs sur le fait que les données patients leur appartiennent, tout comme les données pharmaciens appartiennent au pharmacien. Seules les données transactionnelles sont accessibles à OCP.
S’agissant du futur, j’ai envie de dire que nous n’en sommes encore qu’au début et bien sûr de nouvelles fonctionnalités viendront progressivement enrichir notre plateforme comme très probablement du Click & Collect… 
Nous prévoyons de dépasser les 9 000 abonnés d’ici la fin de cette année et proposerons régulièrement de nouvelles fonctionnalités de la plateforme. 
Nous disposons aujourd’hui d’une version solide mais le digital constitue un vrai levier de transformation et OCP continuera donc d’investir dans le digital.

Celtinews, le 19/10/2017​
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires