Interview de Gérard Peccoux, Président de Callimedia

 
Callimedia est une entreprise experte dans le domaine de l’e-Learning et de la formation en ligne. Son activité, créer et concevoir des solutions e-Learning sur mesure pour les entreprises, institutions ou associations… Quels services proposent Callimedia exactement et comment les pharmaciens d’officine peuvent-ils en bénéficier ?
 
Celtinews : Callimedia est investi depuis plus de 10 ans dans la formation professionnelle. Pour vous, quelle importance revêt la formation des professionnels de santé aujourd’hui et plus particulièrement celle des pharmaciens ? 
 
Face à une croissance accélérée des connaissances et des publications scientifiques, la formation est plus indispensable que jamais. Savez-vous que plus de 93% des professionnels de santé recourent à Google comme première source d’information ? Sans remettre en cause Google qui rend plus d’un service à tous, ne pensez-vous pas qu’une information et des formations dont chaque élément a été soigneusement validé n’est pas préférable ? C’est dans ce sens que nous travaillons chez Callimedia qui emploie des pharmaciens et des médecins pour rédiger ses contenus. Maintenant, dans le contexte actuel, les professionnels de santé manquent cruellement de temps et leur appétence pour le e-Learning ne fait que s’amplifier. Pour Callimedia, il ne s’agit pas de convertir l’ensemble des formations en e-Learning mais de privilégier un mixte d’information et de e-Learning avec du temps d’échange en présentiel, c’est ce qu’on appelle le blended learning. Concernant le pharmacien plus spécifiquement, le rôle essentiel qu’il a toujours joué dans la prévention en particulier et les nouvelles missions de santé publique qui sont les siennes l’obligent à être encore plus au fait des dernières évolutions de la prise en charge globale et médicamenteuse des principales pathologies.     
 
Celtinews : Que pouvez-vous nous dire de l’offre de Callemedia et des modèles économiques sur lesquels elle repose ? 

Callimedia déploie tout d’abord des modules ou des plateformes de formation pour le compte d’industriels.  Je prendrai deux exemples, la formation autour du diagnostic développée pour Biomérieux à l’attention des pharmaciens biologistes et la formation sponsorisée, réalisée à l’occasion de la quinzaine de la migraine, dans l’objectif d’aider les pharmaciens d’officine au dépistage de ces migraines. Callimedia déploie également des formations pour le compte d’universités, de CHU ou de sociétés savantes comme celle sur les interactions médicamenteuses mise en place avec le CHU de Montpellier. Callimedia noue encore des partenariats avec des organismes DPC comme Pharmaction Santé. Plusieurs formations continues ont été développées dans ce cadre dont celle sur la prise en charge du diabète initialement conçue pour des médecins par des médecins avec une forte implication du Pr Avignon (Montpellier) et qui devrait prochainement se décliner pour d’autres professionnels de santé dont les pharmaciens et les infirmiers. Il faut une durée minimum de 7 heures de e-Learning pour qu’une formation soit prise en charge dans le cadre d’un DPC. Callimedia a développé une autre formation de ce type en hématologie.   
  

Celtinews : Gérard Peccoux, quels programmes proposerez-vous pour les pharmaciens en 2017? Y aura-t-il des nouveautés? 

Oui, un programme de FMC est en cours de préparation pour les pharmaciens qui sera disponible d’ici mi-2017 pour les aider au dépistage du diabète. Ce programme interactif répondra aux valeurs pédagogiques de Callimedia avec des cas cliniques, des learning games. Chaque module durera moins de 10 minutes et comportera des jeux d’ancrage mémoriel toutes les 2 ou 3 pages. 
Nous travaillons également à un projet de formation sur la maladie d’Alzheimer en partenariat avec les ARS Ile de France, Occitanie et PACA ainsi qu’avec une association sur la base d’un parcours pour les malades et les aidants. Les autorités locales seront impliquées dans la diffusion de ce programme dont l’URPS (Union régionale des professionnels de santé) pour la partie du programme s’adressant aux pharmaciens. La reconnaissance des 10 signes qui font soupçonner le développement d’une maladie d’Alzheimer sera une bonne entrée en matière d’un programme très riche et répondant à un réel besoin des acteurs de terrain. 

 
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires