L'insuffisance d'érection chez l'homme atteint d'hémochromatose

La base d’un couple est la communication, il est important de pouvoir parler de tout et même de sujets « sensibles » comme le choix du programme télé, le menu du dîner, la destination des prochaines vacances, les troubles de la sexualité... L’insuffisance érectile chez l’homme, par exemple, peut être due à une maladie, l’hémochromatose héréditaire. Il est donc important d’en parler et de se faire dépister. Lisez la suite pour en apprendre plus sur cette maladie.

1 -     DEFINITION
Avec 180 000 à 200 000 personnes concernées, dont la moitié d’entre elles ne le sait pas, l’hémochromatose est la première maladie génétique en France. Cette maladie provoque une surcharge en fer dans l’organisme, due à un gène muté. Si le dépistage n’est pas fait à temps le malade peut développer de graves complications : douleurs articulaires, fatigue, dépression, cirrhose du foie, cancer du foie, diabète…
Cette maladie touche autant les femmes que les hommes, bien que chez celles-ci les signes apparaissent plus tard.
Un des nombreux problèmes provoqués par la maladie sur les hommes est l’insuffisance d’érection.

2 -     CAUSES
Les troubles de l’érection ont plusieurs causes induites par l’hémochromatose héréditaire :
 
- La surcharge en fer au niveau de l’hypophyse et/ou des testicules mêmes peut entraîner un hypogonadisme d’origine centrale (si hypophyse atteinte) ou d’origine périphérique (si testicules atteints) avec diminution de la testostéronémie.
 
- L’asthénie peut être surtout sexuelle et révéler l’hémochromatose.
 
- Le diabète sucré entraine des risques à la fois vasculaires, neurologiques, hormonaux mais aussi psychologiques.
 
- L’anxiété, la dépression, consécutives à la fatigue, à la prise de conscience de la maladie chronique agissent comme facteurs aggravants.

3 -     DIAGNOSTIC
Un diagnostic précoce de la maladie est indispensable. Il doit être réalisé à l’âge de 25-35 ans et non à 50-70 ans comme cela se voit, lorsque le fer aura déjà détruit les organes du malade.
 
Il faut demander trois tests biologiques :
-    La saturation de la transferrine (à jeun).
-    La ferritinémie (stock de fer).
-    Le gène HFE si ces deux premiers tests sont anormaux.
 
Le diagnostic établi, un bilan général est souhaitable, même à 25-35 ans.
Il comprend :
-    L’IRM pour apprécier la surcharge en fer du foie. La ponction biopsie du foie est abandonnée sauf s’il s’agit de cirrhose.
-    La recherche d’un diabète sucré.
-    La recherche de lésions osseuses.
-    La recherche de lésions cardiaques.

4 -     TRAITEMENT
L’hémochromatose héréditaire se traite bien. Le traitement le plus efficace consiste à éliminer l’excès de fer à l’aide de saignées (phlébotomie) en prélevant 500 ml de sang une à deux fois par semaine.
Le traitement peut durer 1 ou 2 ans, jusqu'à la normalisation du taux de fer dans le sang. Par la suite, il ne sera plus nécessaire d'effectuer des saignées aussi fréquentes.
Les médicaments qui fixent le fer et l'éliminent de l'organisme ne sont nécessaires que pour les personnes présentant des problèmes cardiaques causés par l'hémochromatose et pour celles qui souffrent d'une anémie les empêchant de subir des saignées.
Traitements de l’insuffisance d’érection :
-    Les traitements par voie orale : La solution la plus commune. Le médecin adapte la prescription en fonction des troubles du patient, du mode d’action des médicaments, de leur mode de prise, ponctuel ou quotidien, leurs effets indésirables et leurs contre-indications.
-    Les traitements par injections : Les injections dans le pénis sont peu douloureuses. Après un apprentissage auprès de son médecin le patient peut pratiquer l’injection des prostaglandines E1 lui-même juste avant le rapport sexuel. Les résultats sont variables et les complications minimes.
-    La prise d’hormones de substitution : Injection intramusculaire de testostérone une fois par mois. Il y a des risques de cancer de la prostate et du foie à long terme.
-    L’utilisation d’une pompe à vide : Elle permet au pénis de se remplir de sang pour provoquer une érection. Pour la maintenir, un anneau de contention est glissé à la base du pénis. Il peut rester en place jusqu’à 30 minutes. La pompe à vide permet d’obtenir l’érection en quelques minutes.
-    La chirurgie : Elle n’est envisagée qu’après avoir essayé d’autres traitements. Il s’agit de mettre en place des prothèses péniennes qui peuvent être semi-rigides ou hydrauliques, en deux ou trois parties. Les résultats sont variables.
 
Sont également proposées, des applications intra urétrales ou percutanées et des thérapies géniques pourraient bientôt voir le jour.

5 -     CONSEILS AUX COMPTOIRS
Pour se faire dépister il faut consulter son généraliste, ces troubles doivent être pris en charge par un médecin qui peut par la suite diriger le patient vers un sexologue ou un urologue.
L’écoute du patient est très importante car il est difficile pour le malade de parler de ses troubles de l’érection. Il faut évaluer son impact psychologique et rassurer le malade en s’appuyant sur les nombreuses possibilités thérapeutiques.

6 -     SITE WEB
Association Hémochromatose France : http://www.hemochromatose.fr/
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire

Articles similaires