Où sont les femmes ?

Pour une profession particulièrement féminisée, il est curieux de ne voir que des hommes ou en tous cas une grande majorité sur les photos de Pharmagora, réunions ministérielles, rdv avec Nicolas Revel... Ouf notre président de l'Ordre est une présidente ! L'honneur est sauf !
Mais alors pourquoi... ? Pourquoi tant d'hommes pour représenter tant de femmes ?
Parce que...
« Delphine, on te voit au CA ?
- Non désolée je dois être à la pharmacie toute la journée »
« Delphine tu viens à Pharmagora ? 
- Non désolée mon fils a une compet de hand le dimanche et le samedi je dois garder la petite »
« Delphine tu viens à la réunion plénière ce soir ?
- Non désolée j'ai une réunion parents-profs et on a un paquet de devoirs à faire après ».
 
Nathalie Kosciusko-Morizet disait : « le problème c'est que tout le monde vous veut comme femme représentative quand vous avez 40 ans et que votre priorité doit être vos enfants et votre vie de famille, et quand enfin vous pouvez vous consacrer à autre chose comme la politique ou d'autres engagements, vous avez passé l'âge et on ne veut plus de vous ».
 
Oh je n'accuse personne ! Je n'ouvre pas une tribune féministe ! La petite préfère faire les devoirs avec moi, l'aîné préfère mon niveau d'anglais à celui de son père pour l'aider, et la cadette aime raconter ses histoires avec ses ami(e)s à sa maman, c'est comme ça... Nous n'avons pas bouleversé les schémas traditionnels dans lesquels maman prend en charge le quotidien avec les petits même si papa y participe beaucoup...
 
Alors voilà où sont les femmes : elles se partagent entre des mi-temps, des temps partiels, des temps pleins, des temps plus que pleins et des heures de câlin, lessive, devoirs, taxi... et même quand elles pourront se consacrer à leurs envies, je ne suis pas sûre qu'elles arrivent à s'extraire si facilement de la pharmacie alors que la marge pleure « reviens, tu n'as pas le loisir, le luxe, de pouvoir t'absenter... ».

Delphine Chadoutaud
Commentaire
RADER Serge
15/04/2018
La génération précédente qui n'avait pas d'emploi extérieur, n'était pas stressée, avait le temps de s'occuper pleinement des enfants (plus nombreux dans les familles)... n'avait pas ces états d'âme et participait encore moins à la vie collective malgré le temps disponible...
alindust
12/04/2018
"nous assumons tout"..."assument 3 vies"....vite, un kleenex !
Barthe Béatrice
11/04/2018
Je suis tout à fait d'accord avec Delphine, c'est le constat que j'ai fait depuis des années, nous sommes fortes, très fortes et assumons TOUT (même si le conjoint participe!!!! heureusement!) et nous faisons toujours passer "après" nos envies personnelles: faire du sport, faire partie d'associations, prendre des responsabilités ordinales ou syndicales ou politiques. Les journées ne sont que de 24h et après nos longues journées de labeur il faut un peu dormir. Très cordialement à toutes Béatrice Barthe
CF
11/04/2018
La solution de tous vos problèmes se trouverait- elle dans la polygamie ?.. Toujours est il, qu'un officinal (homme ou femme) qui travaille déjà 6 jours sur 7 (plus des gardes de nuit et de jour), sans assistant , doit déjà augmenter ses horaires de travail pour assurer les nouvelles missions.. (Pose du midi, dimanche ?)..puisqu'il ne doit pas quitter le comptoir. Comment et quand, l'Ordre des pharmaciens va se décider à augmenter le nombre obligatoire de pharmaciens assistants, selon le C.A, puisqu'il tient à la certification officinale..A moins de considérer que les officines emploient actuellement des assistants à ne rien faire, toute nouvelle mission est chronophage et mobilise du personnel qualifié à autre chose que notre coeur de métier, à savoir la délivrance sécurisée des ordonnances.. A moins que la certification soit uniquement liée au merchandising, aux soldes médicamenteuses, et aux conseils associés...
Docteur No
10/04/2018
Bravo à Delphine pour son franc-parler. En souvenir de Pierre ...... Un ancien du Mont-Valérien ....
Jocelyne
10/04/2018
Bonjour Je viens de lire le texte de Delphine et je comprends tout à fait sa position. j'ai toujours exprimé que les femmes pharmaciens ont des vies de chef d'entreprise, font leurs gardes, ont des enfants et assument donc déjà 3 vies. cependant dire qu'il n'y en a peu ne veut pas dire qu'il n'y en a pas. et que nombreuses se sont investies, non pas sur des photos à Pharmagora mais dans des dossiers et actions et même aux responsabilités. depuis 20 ans j'ai vu de très nombreuses consoeurs s'investir comme moi, s'organiser professionnellement, s'organiser familialement. Le tout est un équilibre de vie à trouver. on ne peut pas généraliser ce qui est un choix de couple.
alindust
10/04/2018
Pour ma part, j'ai élevé mes 2 garçons (elle leur a toutefois donné le sein mais c'est moi qui allais les chercher), en bossant à plein temps et même plus (mon ex itou)... Alors où sont les hommes ? posez-vous quelquefois aussi la question ! tellement de choses ont changé ces 20 dernières années...regardez autour de vous, je suis très loin d'être le seul à avoir contribué à détruire cette légende ! Très heureux de voir aujourd'hui mes 2 grands fils épanouis, ne pas se souvenir de ce que leur père a fait pour eux....je ne suis en effet pas sur la photo mais juste dans leur cœur !
ylm
10/04/2018
Sans compter qu'il faut garder une petite place à l'Amour ...
ERIC
10/04/2018
Perso, bien que père, je n'ai jamais eu le professionnel comme prioritaire sur le familial....moi aussi, j'ai décliné les réunions labos, administratives ou autres, privilégiant l'attention sur les activités scolaires et sportives de mes enfants et sur l'entretien ménager, en assistance à mon épouse....si vos propos étaient évidents il y a plus d'une génération, il le sont un peu moins à présent....et heureusement....signé: le père féministe
Ajouter un commentaire

Articles similaires