De retour de PharmagoraPlus

Et heureux …
L'organisation est toujours de haut niveau même si moins faste qu'il y a une dizaine d'années. Ce qui change vraiment est l'orientation du salon. Les protagonistes de notre métier ont laissé la place à ceux qui peuvent encore prendre des parts de marché et le salon devient un passage obligé pour les officines voulant se développer, référencer de nouvelles marques et se différencier de la concurrence. 
Le visiteur avait accès aux nouvelles technologies de l'officine et au digital désormais rentré dans notre quotidien professionnel. Nous avons pu observer les très larges possibilités offertes par la technologie et tout ce qui pouvait accompagner notre pratique et nos patients. Si nous connaissions certaines innovations, nous avons ici pu les utiliser, les voir dans un environnement et en découvrir d’autres dont les objectifs sont sans limites. Nous ne pouvons pas ignorer cet aspect de notre profession en pleine expansion et ce qu’apporte le modernisme à la fidélisation de notre clientèle.  De même impossible de passer à côté des compléments alimentaires et des dispositifs médicaux où là aussi, il semble ne pas y avoir de limite. 
La profession a vraiment les moyens de s’adapter au marché en évolution et de répondre à toutes les demandes des consommateurs. 
Un beau et bon salon pour trouver de l'inspiration, se donner de nouveaux projets ainsi qu'un nouveau souffle dans notre exercice quotidien qui n'est pas toujours évident. 

Christophe Enderle (titulaire), Céline Blas, Fanny Davoine et Marion Leriche, pharmacie Enderle à Bertry (59)
Commentaire
Folco Jean Patrice
14/04/2018
"La profession a vraiment les moyens de s’adapter au marché en évolution et de répondre à toutes les demandes des consommateurs." Le tout est de savoir si le rôle d'un professionnel de santé est de répondre aux besoins des consommateurs plutôt qu'à celui des malades. Les compléments alimentaires en sont un bon exemple puisqu'ils n'ont aucun effet thérapeutique, qu'ils représentent moins de 0.30% du chiffre d'affaires du réseau et que 90% des parts de marché sont détenus par moins de 10% des officines. Est il alors vraiment nécessaire que 90% des officines s'investissent dans la distribution de produits qui n'ont rien à voir avec leur activité de professionnel libéral.
JPM
13/04/2018
« La profession a vraiment les moyens de s’adapter au marché en évolution et de répondre à toutes les demandes des consommateurs » …. Aïe je pense que la messe est dite !... C’est quoi ce langage hystéricommercial ? .Allez dans la joie et l’allégresse acheter les sacs, gadgets, cartes de fidélité, argumentaires-type pour fourguer les placébos alimentaires en forme de médicaments. Soyez bénis et qu’on en finisse une bonne foi pour toute avec cette putain de pharmacie qui ne sait plus à quoi elle sert, qui révèle les épiciers et gestionnaires de boutiques qui sommeillent en chacun d’entre nous. A vous lire je me dis que ça sent le sapin… et je ne parle pas d’huiles essentielles !
iturbide jacques
13/04/2018
Oui! tout pour faire de la super épicerie! qui sera bouffée par leclerc et cie dans peut d années il n y a plus de différence entre lui et la pharmacie avec les "complétements alimentaires" qui dope le ca mais ridiculise la profession.
Frédérique SARRAN
13/04/2018
Avez-vous vu les sacs "Merci pour Eux"? pour faire des économies sur votre budget sac (2- 3 000 euros/an!!! en moyenne), allez voir leur site. c'était le cabas donné à l'entrée de Pharmagora : le principe est simple : vendre un sac ( sac 20 centimes ou cabas à 1.5 euros) au profit de la recherche médicale. Super accueil des clients ( qui paient leurs sacs partout...) et connaissent Pasteur, Curie, Perce Neige...BA pour tout le monde!
PHILIP Michel
12/04/2018
"impossible de passer à côté des compléments alimentaires" dites -vous...mais combien d'équipe officinales sont formées pour conseiller les produits de phytothérapie, d’aromathérapie et d’api-thérapie ? Certaines formations sont pourtant prises en charges par le FIF PL et ACTALIANS ...
Ajouter un commentaire

Articles similaires