Valsartan, sur un air de Jacques Brel …

C'est la valse à artan, la valse à deux tan, la valse à trois tan et le début d'une nouvelle affaire de pharmacovigilance...
Encore quelque chose qui tombe mal pour la profession et qui va impacter grand nombre de patients, en congés, avec des médecins en congés aussi et qui va se retrouver seul à essayer de rassurer le patient et lui trouver une solution ? C'est bibi :)
(merci à ma préparatrice pour cette reprise de Brel) 


Christophe Enderlé (titulaire), pharmacie Enderle à Bertry (59)
Commentaire
olivier G
12/07/2018
Le plus impressionnant est le processus de rappel : les produits incriminés contiennent du NDMA, cancérogène probable chez l'homme mais il n'est prévu AUCUN ECHANGE !! "expliquer aux qu'il n'y a pas de nécessité de rapporter les boîtes impactées, le produit ne présentant aucun risque immédiat ". Autrement dit, on nous demande d'expliquer à nos patients qu'ils doivent continuer à prendre leur médicament contaminé par une substance cancérogène sans s'affoler jusqu'ils voient leur médecin.... C'EST DU DELIRE PUR ET SIMPLE !! L'ANSM est l'agence de SECURITE du médicament et elle vous dit de prendre sans scrupules des produits contaminés cancérogènes !!!! Pourquoi le directeur de l'ANSM est-il toujours en poste ? Pourquoi la ministre de la santé ne réagit-elle pas ? Mais que se passe-t-il dans ce pays avec les médicaments ????
Barthelmé Thierry
12/07/2018
Belle opportunité pour les Pharmaciens ! Pour la 1ère fois l’ANSM nous autorise à remplacer un sartan par un autre, certes après avoir appelé le médecin !
Ajouter un commentaire

Articles similaires