De la mention substituable

Imagineriez-vous que la police nationale place un agent à chaque feu dont la mission serait d’autoriser les automobilistes à avancer dès lors ledit feu passerait « au vert » ? Saugrenu, non ? C’est exactement l’esprit de la proposition de M. le président de l’USPO que de vouloir ajouter une mention « substituable » sur les ordonnances. Voilà une proposition particulièrement à contre-courant de notre évolution professionnelle. Alors que l’on ne cesse de vouloir « valoriser » le rôle du pharmacien d’officine, le président de l’USPO nous entraînerait volontiers dans une sournoise servitude au bon vouloir des médecins et patients. Car, ne nous trompons pas, cette mention « substituable » serait bien une autorisation que donnerait le médecin, de toute évidence en accord avec son patient, au pharmacien pour exécuter ladite substitution. Pourquoi cet acte professionnel déjà parfaitement encadré par la législation devrait-il être soumis à cette « autorisation ». Le pharmacien serait-il tant incompétent qu’il ne saurait de lui-même exécuter cette dispensation sans y avoir été autorisé au préalable ? Il est certain que nous verrions très rapidement fleurir des esclandres au comptoir parce que le médecin n’aura pas inscrit ladite mention et que le patient déclamera que « puisque le médecin ne l’a pas écrit c’est qu’il n’en veut pas ».

 

Non, le pharmacien n’est pas un professionnel servile travaillant sous le bât d’autrui dans l’espoir que celui-ci ne le blessât point.

 

Cette proposition est surtout l’évidence que les syndicats de pharmaciens sont incapables de dialoguer avec leurs homologues médecins et que chaque partie avance ses idées sans aucune concertation. N’est-ce pas là que le bât blesse ?

 

A. POINTO

 
Commentaire
laurent Tomas
21/03/2016
tout est bon pour nous permettre d'éviter des échanges parfois lourds, durs et inutiles.... Cette mention se retrouve dorénavant sur pas mal d'ordo hospitaliere et cela nous facilite le travail!!!! Retournez au comptoir Mr Pointo, on a suffisamment le temps de prouver à nos clients la somme de connaissance chaque jour!
cf
18/03/2016
Ce qui devrait être substituable en premier, ce sont ces présidents syndicaux toujours aux ordres des autorités ,bons serviteurs serviles et corvéables à merci qui squattent la présidence de la FSPF ET DE L'UPSO depuis plus de dix ans avec les résultats catastrophiques que l'on connait dans la profession....Quand à rendre le substituable obligatoire par quel procédé que ce soit, cela reviendrait à supprimer ce "pourboire" que sont les ROSP, qui si elles sont destinées à disparaître dans le futur, ne sont pas négligeables pour l'instant..
pharmacien
15/03/2016
oui cela semble inutile maintenant que la grande majorité de la population à compris ce qu'est un générique et que le pharmacien est tenu de la délivrer et donc de substituer.
lamarche jean
15/03/2016
Vous avez peut-être raison monsieur A Pointo mais je ne ressens pas les choses ainsi et bien que souvent en désaccord avec nos représentants syndicaux, je pense qu'ils font toujours au mieux ce qu'ils pensent être l'intérêt des confrères. Nous avons toujours autant de problèmes à imposer les génériques (cela dépend évidemment de l'environnement) et une telle mention s'adressant bien entendu au destinataire de l'ordonnance éviterait bien des discussions inutiles si le médecin le faisait (d'ailleurs certains le font depuis longtemps '' substituer tout ce qui est possible'' voit on parfois. Voila pour l'esprit dans lequel je pense que cette mesure est suggérée. Par ailleurs connaissez vous un médecin qui prescrit ligne par ligne selon le code de la santé publique de façon manuscrite la formule magique pour éviter la substitution? Il y aurait tant à écrire sur ce sujet difficile.
y m
15/03/2016
il faudrait au contraire durcir le NS (en fait la mention doit être écrite à la main "non substituable") en demandant aux prescripteurs de justifier par un dossier les raison thérapeutiques , pharmacologiques ou de pharmacovigilances de cette mention : bien entendu les demandes de confort des patients ou non argumentées ou de "confort" v.a.v. de tel ou tel laboratoire de la part du prescripteur seraient exclues...
TURPIN Nicolas
15/03/2016
moi je dis que l'on doit s'affirmer en tant que pharmacien ! je suis d'accord le médecin n'a pas à nous autoriser quoique ce soit on s'autorise touts seuls ! l'idée de l'uspo est inutile.... mais d'autres syndicats discutent eux avec les médecins... donc le dialogue interpro existe....mais pourquoi discuter quand les textes sont de notre côté ! appliquons les !
CN
15/03/2016
Ce serait une excellente occasion de supprimer les primes sur objectif. Toujours prévoir le pire.
Ajouter un commentaire