Pharmaciens, vous avez peur de l’avenir ?

Pharmaciens, vous avez peur de l’avenir ? Rassurez-vous, l’avenir n’a pas besoin de vous !
Revenons sur le sujet très polémique de la vaccination. Cette proposition a fait « hurler » une partie du corps médical, et en premier, les pharmaciens eux-mêmes dont le plus bel argument a été « chacun son métier ».
Conclusion : Le 1er ministre a demandé à une députée de proposer des recommandations pour l’amélioration de la politique vaccinale. Et le document de travail qui en est la base est éloquent. Il y est notamment inscrit en axe stratégique N°2, action N°3 « d’optimiser la vaccination en allant vers les lieux de vie », c’est-à-dire infirmeries des établissements scolaires, service universitaires de médecine préventive, journée de la citoyenneté, médecine du travail… Et oui, point de pharmacie d’officine à l’horizon ! Pharmaciens, vous ne vouliez pas le faire, vous ne le ferez pas…
Mais si l’évolution s’arrêtait là… L’action N°4 qui prévoit de simplifier le parcours en médecine libérale doit s’interroger sur le rôle du pharmacien. Là c’est très simple, je donne moi-même la réponse, c’est vendre le vaccin et encaisser sa marge et point-barre. Ce n’est pas écrit mais c’est sous-entendu puisque vient la méthode concrète de simplification : « La majorité des vaccinations est effectuée par les médecins libéraux et la simplification du circuit de vaccination, permettant au médecin de disposer de vaccins au sein de son cabinet, doit être envisagé en lien avec les pharmaciens et en tenant compte des contraintes réglementaires. »
Et voilà, c’est clair, il faut prévoir d’enlever au pharmacien la dispensation du vaccin. Alors, le lien avec le pharmacien ? Peut-être un dépannage lors des ruptures dans les stocks du médecin ou un rôle de livreur dans le respect de la chaîne du froid… nous ne méritons pas plus.
CQFD : pharmaciens, nous avons encore gagné…. une bonne raison de pleurnicher. On va gémir, on va menacer de faire grève… mais au final, tout le monde s’en moque ! Et ils ont bien raison !
Ah elle est belle l’unité du 30 septembre. Jamais autant qu’aujourd’hui on constate que cette mobilisation n‘a servi à rien ! Juste une démonstration d’unité de nantis qui veulent sauver leurs privilèges.
Le rôle du pharmacien face à l’avenir : aucun ! Ne pas évoluer, garder ses acquis, se plaindre... What else ?
Olivier G
Commentaire
Olivier G
20/03/2015
Comment dites -vous CF ? la vaccination c'est fait ? Je crois que l'amendement de cette nuit qui vient de supprimer ce texte(20 mars) vous montre qu'une fois de plus il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs... et que mes lectures ne sont pas si mauvaises que cela...
pintorichard pharmacien
16/03/2015
allons, allons, pas de querelles inutiles...A la campagne, il y a longtemps que les pharmaciens font des vaccins quand il y a désert médical...en accord avec le médecin...plus éloigné...je trouve ces discussions stériles ...combien de choses faisons nous sans être rémunérés!!!...conseils, pansements etc. la seule économie à faire, c'est de revoir le calendrier vaccinal...les obligatoires et les recommandés et d'imposer que le prix d'un vaccin unitaire ne soit pas tant de fois +cher qu'un sextuple souvent déraisonnable...
jl
13/03/2015
Des nouvelles missions sans revenus complémentaires en perspective....L' honoraire éventuel de vaccination étant compensé par des baisses de prix sur le médoc,( pour assurer un budget de sécurité sociale constant, voir diminué pour les pharmaciens dans l'avenir, crise oblige....). Certains parlent déjà ici, de personnel formé pour l'occasion... On parle donc de rendre réalisable la vaccination par des préparateurs.....C'est vrai que si cela ne rapporte rien, il faut bien diminuer les coûts et prendre le personnel le plus rentable et corvéable ..en officine....
Fume Jean
11/03/2015
Si j 'avais souhaité faire des actes médicaux, j 'eus été médecin ; malheureusement je suis un pharmacien à qui on va peu à peu interdire de faire des préparations, interdire de conseiller des pommades antibio, obliger à signer des accords labo tout Janvier et Fevrier. Je ne souhaite pas pour ma part devenir le "fayot" du ministère de la santé pour sauver les meubles. Je prefère couler droit dans mes bottes ou simplement faire autre chose....
pintorichard pharmacien
10/03/2015
pourquoi se disputer ou discuter...avant tout, il faudrait revoir le calendrier des vaccinations...séparer les obligatoires des recommandés...et supprimer selon les zones endémiques ou pas, certains d'entre eux!!!!!!!!!!!!!
cf
10/03/2015
Nous n 'avons pas les mêmes lectures Mr OG.La vaccination est acquise pour le officinaux: Lors de sa conférence de presse sur le projet de loi de santé qu'elle a tenue le 9 mars, la ministre de la Santé a expliqué que sa seule préoccupation était d’améliorer la couverture vaccinale du pays. « Face à ce défi, de très nombreux pays permettent aux pharmaciens de pratiquer la vaccination. Cette mesure provoque des oppositions en France. Je dis donc "expérimentons !" pour voir quels sont les modèles qui pourraient se mettre en place pour faciliter l’accès à la vaccination. », annonce-t-elle. De plus"Les pharmaciens d'officine peuvent pratiquer des vaccinations" prévoit l'article 32 du projet de loi de santé qui sera examiné par les parlementaires en 2015.. Le suivi des vaccination est déjà associé au DP. La FSPF et le Conseil de l'ordre se sont prononcés pour cette vaccination en officine. C'est inscrit noir sur blanc dans les publications de l Ordre .... OG, vous n'avez pas les mêmes infos que tout le monde....La vaccination , c'est fait.......suivi et acte d'injection seront du domaine de la pharmacie....Le seul problème, qui se pose , en avons nous les moyens.....Il est évident que ces vaccinations ne devront pas être un coût supplémentaire pour la sécu.. Quelques nouvelles baisses de prix sur le médicament ou les remises génériques suffiront pour compenser un éventuel honoraire de vaccination...Ceci est une autre histoire...
BARRAL GUY
10/03/2015
je suis favorable à la vaccination par les pharmaciens, c'est une évidence, ainsi que tous les actes que ne feront plus les professions sans loi de répartition: infirmiers, médecins, vétérinaires.... C'est inéluctable. Faisonspreuve d'adaptibilité et de souplesse et NE PARLONS PAS D'UNE SEULE OFFICINE TYPE, IL Y A DES OFFICINES DE VILLE ET DES OFFICINES RURALES, des officines purement commerciales et d'autres très "médicales". Je crois à ces dernières.
Laurent Saleur
10/03/2015
Excessif donc sans valeur. Vous avez de bonnes bases de raisonnements mais peut être l'objectif de choquer ?: dommage car cela nuit à la qualité du développements de ces bases de raisonnement. Le plus important, c'est la fin plus que le début. L'avenir plus que le passé.
Olivier G
10/03/2015
M TURPIN, Vous avez bien mal lu ce billet et son esprit !! Bien sûr que je suis favorable à cette vaccination et c'est pourquoi je suis écoeuré par ce texte qui nous exclue sans vergogne ! Si je n'avais pas été favorable, imaginez bien que je ne l'aurai pas rédigé ainsi... c'est une diatribe contre un immobilisme sans avenir, à croire que tout le monde attend passivement qu'un sauveur (cf mon billet sur les "tromperies en séries", certains y croient dur comme fer) vienne sauver la marge sans avoir à se bouger le c.... Tout cela est bien triste.
AS
10/03/2015
N'en jetez plus, la coupe est pleine! Mais bon sang, arrêtez de pleurer! La proposition du gouvernement n'était pas acceptable en l'état et elle avait été formulée pour qu'il n'y ait pas de consensus et tout s'est déroulé comme prévu. Concentrons nous sur notre travail, sur nos patients. Sachons nous rendre indispensables auprès d'eux car il ne faut pas oublier que ce sont des électeurs...
lv
10/03/2015
Je suis d'accord avec vous, malheureusement vu les retards de paiement des entretiens AVK, vu la gabegie des critères d'inclusion des entretiens asthme; quelles auraient été les modalités pour la rémunération des vaccinations (3 € la vaccination payée 15 mois après ? ...). Si il avait été négocié 10 €(minimum)/vaccination payée cash, je peux vous assurer qu'à part les vendeurs de remises et discounters divers, l'ensemble des officinaux auraient été d'accord. Ce manque de visibilité dans l'attente d'un hypothétique susbside a refoulé beaucoup de monde c'est normal...
TURPIN Nicolas
10/03/2015
Désolé M. G mais moi je suis FAVORABLE la vaccination en officine... ET je n'ai pas hurlé comme vous dites, et d'autres de mes confrères qui pensent un MINIMUM à faire leur métier, veulent également de cette vaccination, ne vous en déplaise...sans compter les étudiants en pharmacie dont le Principal Syndicat a DIT OUI à la vaccination ! ....Qui êtes vous pour parler en mon nom et dire que les pharmaciens sont contre ? Ils parlent surtout d'une expérimentation de la vaccination en officine.... ce à quoi je souhaite participer Quant aux vaccins dans le cabinet du médecin : ça existe déjà de fait et c'est nous qui délivrons sur une ordonnance ... Vous aimez bien manipulez les peurs visiblement, mais moi JE N'AI PAS PEUR DE L'AVENIR. Sinon il faut changer de métier.
METCHE François
10/03/2015
Je suis pharmacien... et toi Olivier, quel rôle dans la profession ? Es tu un ami qui nous veut du bien ? Pour autant la question se pose : a t-on encore besoin d'Officines et de diplômés bac +6 ? Je propose d'inverser le problème : supprimons les pharmaciens et les pharmacies ! que se passe t-il ? - le médecin ou la structure de soin deviennent prescripteurs ET distributeurs avec le "soutien" des industries pharmaceutiques (et des fonds de pension).... un peu façon véto. - mieux encore les complémentaires créent leurs réseaux de soins (façon Michel-Edouard) où tout le monde devient salariés d'un univers purement financier et où on se charge d'inonder la population de médocs. Pour faire simple, mon interrogation est : changer de système pourquoi pas mais à condition que cela soit légitimé par une nette amélioration. Hors on vit dans une grande hypocrisie à plusieurs niveaux. - Le système alternatif ne propose en fait qu'un transfert de revenus : les grands groupes financiers vont s'enrichir sans moral et ne se poseront pas la question s'ils sont nantis ou pas. - Le système alternatif nous dit : pharmaciens cessez d’embêter nos concitoyens avec vos recommandations.... laissez nous vendre et vendre du médicament sur tous les mètres linéaires possibles et imaginables. Alors je ne sais pas si l'enjeu majeur est que le pharmacien, cette bête immonde nantie et vicieuse, pratique des vaccinations ou pas. S'il y a une réelle volonté de faire évoluer notre profession, ce que je doute fortement, je n'imagine qu'un unique préalable indispensable : la redéfinition gravée dans le marbre de la Loi, des prérogatives du pharmacien "nouveau". Ainsi cela sera à la fois clair, pour les professionnels concernés, pour les professionnels de santé en général et enfin pour la population. Les bricolages successifs auxquels on assiste sont pitoyables, manquent de sérieux et surtout de courage.
RADER Serge
10/03/2015
Tant mieux, les phciens ne seront pas responsables de l'augmentation exponentielle des maladies dégénératives et auto-immunes (liée à la surcharge de vaccins non garantis en terme de sécurité) inexistantes chez les jeunes enfants il y a 30 ans! Alors que toute l'Europe fait ou a fait marche arrière sur l'obligation vaccinale, nous, on va faire le contraire et on confie le dossier à une élue socialiste sans aucune compétence en la matière, c'est mieux pour faire passer les objectifs de Big Pharma. Par ailleurs, il est scandaleux de ne plus disposer de vaccins monovalents (Rudivax, Imovax oreillons) pour obliger à vacciner par ROR atténué avec de plus en plus de procès gagnés par les parties civiles pour autisme à l'étranger mais pas en France à cause du dysfonctionnement des pôles de santé judiciaires. Idem avec l'INFANRIX HEXA alors que seuls sont obligatoires le DTP encore nécessaire? Va-t-on perpétuer des pratiques aujourd'hui inutiles comme l'était la saignée en son temps....?
GICQUEL MICHEL
10/03/2015
A vouloir tout faire, on risque de tout perdre. Attention à ne pas trop se disperser. Le métier du pharmacien reste le MEDICAMENT, pas la vaccination (hormis peut-être la grippe). Prévoir l'avenir c'est aussi et surtout être force de propositions: prévention, suivi des chroniques, éducation thérapeutique,.. Sortir de la logique prix discount, rentabilité à tout prix. Essayer de se rapprocher du coeur de métier, bien décrit dans la loi HPST. Impliquer les patients dans ses nouvelles missions, en attendant une rémunération des organismes payeurs (mutuelles ?). Le livre blanc de la Pharmacie doit être écrit pour sortir de la logique de baisse de volume, baisse de marge, baisses de "rideau" . Trouver un nouveau modèle. "Publish or Perish" dises les anglo-saxons. Alors écrivons ce nouveau livre de la profession, avant que l'ancien livre ne se referme.
Denis Macé
10/03/2015
La destruction créatrice selon Joseph Schumpeter (1883 ‑ 1950) : l'innovation ne nait pas des structures existantes, mais à côté d'elles pour se développer en les tuant. La pharmacien qui vaccine sera à côté de la vaccination par les médecins et, si elle se développe, finira par la remplacer à condition que l'innovation soit rentable.
Ajouter un commentaire