La vaccination antigrippale par le pharmacien, c'est moins cher !

Payer les patients pour se faire vacciner (oui, payer !) et rendre l'acte de vaccination complètement gratuit (oui, gratuit !) ......
Compliqué ? Non, très facile.......Il suffit de donner la possibilité de vacciner aux pharmaciens.
Explication :
On donne au départ un honoraire de vaccination, disons, 10 euros (en incluant ou pas le prix du vaccin), ce qui économise les honoraires d'infirmière ou une consultation. Le patient vient chercher son vaccin avec sa feuille d'ayant droit et ne paie rien, ni le vaccin, ni l'acte d'injection. L'officinal gagne 10 € d'honoraire,  il est content......
Mais la réalité, avec cette profession, c'est que tout va dérailler....
Certains officinaux  vont facturer à la sécurité sociale les 10€ mais vont offrir cet honoraire en bon d'achat, ce qui revient à dire que l'on paie le patient pour se faire vacciner ....Généreux, sans surcoût pour la sécu,  légal, et génial : un vaccin contre quelques savonnettes, Papy et Mamie vont apprécier !!!!
Pour les patients qui n'ont pas le droit à la vaccination gratuite, la sécu remboursait souvent l'injection par une consultation de plus : il est évident que les officinaux  accepteront de vacciner gratuitement ces patients, puisqu'ils le font pour les autres. Un petit service pour garder un client ou ne pas les fâcher, quoique s'ils n'ont pas  aussi leur bon d'achat de 10 euros, certains vont faire la tronche...
Conclusion : tout le monde est content, et le nombre de patients vaccinés augmente contre un bon d'achat ou parce que c'est si simple de se faire vacciner gratuitement (et la sécu gagne de l'argent.)
FORMIDABLE  CES PHARMACIENS !!!
Il serait plus simple  d'autoriser dès le départ, les  pharmaciens  à vacciner gratuitement les patients, mais diviser pour mieux régner, devient une technique répétitive (et consternante) de nos autorités.
CQFD !!!! 
Postscriptum  N°1
Des questions essentielles de mises en place vont se poser et fabriquer des procédures complexes comme pour l'application de l'honoraire sur les médicaments (avec l'étiquetage !) ou les médicaments à délivrance particulière, serait intolérable, et j'invite donc nos représentants syndicaux et ordinaux à y répondre de suite :
Qui  va être vacciné gratuitement   (  Comme aujourd'hui : 1ère vaccination chez le médecin ,rappel annuel par la suite chez le pharmacien pour tous les patients pris en charge par la sécu, et pour les autres,( les volontaires), pourra-t-on les vacciner  directement  ou une liste d'exception est-elle à prévoir ?
Qui  peut vacciner   : Titulaires, assistants, préparateurs et toute autre personne formée à l'acte dans le personnel de la pharmacie ?  Infirmière diplômée (salariée quelques heures pour l'occasion)?  
Que faudra-t-il au minimum avec la formation agrée (très chère): une salle blanche avec lit ou table d'examen ? Des WC et locaux pour handicapés, car avec l'accueil du public derrière le comptoir, on change de catégorie, ou bien un bureau ou une salle isolée peut- elle suffire ? Peut-on vacciner les gens sur rendez-vous, à domicile, ou uniquement à la pharmacie ?
-          faudra- t- il pour la délivrance un questionnaire médical à remplir?
-          faudra- t- il pour la preuve de l'injection un certificat de vaccination ?
NB : il est déjà obligatoire d'être à jour (pour le personnel soignant) de son vaccin anti hépatite B (moi je suis toujours négatif malgré 3 piqûres, bonjour  les démarches....)
-          Devra- t- on prendre une nouvelle assurance pour couvrir les risques rares mais possibles  liés à l'acte de vaccination pour les malades et pour soi- même ou son  personnel  traitant?
-          Quelle procédure pour les déchets (seringues, compresses contaminée) et pour quels coûts ?  Etc.
Bref, pourquoi et quoi espérer de cette nouvelle tâche, sauf  un sentiment d'être un bon samaritain, car n'espérez aucune reconnaissance des autorités, ni des patients, et bien sûr de la sécu, qui a encore bien joué le coup...
Postscriptum  N°2 :
Quelques précisions  sur ce billet d'humeur : Cet article pose les bonnes questions, les questions qui se poseront.
Personnellement, je ne suis pas contre la vaccination en officine,  car je suis déjà le roi du tir-tic, du stéri-strip, des pansements et des premiers secours. Ayant raté médecine, ce sera un peu une revanche sur ce destin qui n'a fait de moi qu'un mouton, qui suit ce troupeau bien docile, discipliné et soumis des officinaux, face à toutes  ces réformes qui vont souvent contre l'intérêt de la santé publique, sinon celui du réseau : Cette belle profession évolue de plus en plus vers une image mercantile, reine des soldes sur le médicament et la para. Un peu de service médical ferait du bien.
Mais j'ai peur que cette vaccination soit le début d'une guerre des services qui commence, étape de plus  pour déstabiliser le réseau. Cette vaccination étant à la portée de tous, même des plus petites officines, gageons que les nouvelles dispositions pour pratiquer cette injection soient si compliquées, si contraignantes, qu'elles soient réservées de fait, aux grosses pharmacies ou aux enseignes qui flairent déjà la bonne affaire… On y travaille.... sûrement ? ….Une obligation de vaccination liée à la vente du vaccin sera-t-elle alors envisagée, éliminant de fait certaines structures de la vente du vaccin ?  (Par exemple) …...
Les commandes de vaccins pour 2015 sont déjà effectuées et sont fermes et définitives,
Il est important de chiffrer les pertes éventuelles à venir pour les futurs exclus du système. Prévoir, c'est savoir.....
Conclusion, la vaccination en officine  doit être bien définie dans ses modalités d'application, avant tout signature syndicale et ordinale qui  mettrait encore les pharmaciens devant le fait accompli. Si on nous avait informé que l'honoraire n'était pas obligatoire dans la vente des médicaments hors ordonnance, et qu'il faudrait bien l'indiquer aux patients en fabricant nous-même des vignettes et un catalogue en DCI, les accords signés auraient été différents,  du moins je l'espère.....
Enfin une pensée amicale  aux infirmières qui avaient pourtant obtenu le droit de vacciner sans prescription médicale (arrêté du 19 juin 2011 fixant la liste des personnes bénéficiaires) .Elles sont habituées à ce genre de situation, puisque leur droit de prescription varié (pansements, sondes, contraceptif, adrénaline,  etc.) ne s' étend pas aux antiseptiques , preuve que ceux qui réalisent les lois et  arrêtés concernant la santé publique sont particulièrement incompétents et loin des réalités du terrain...On se sent moins seul au pays d'UBU....Le problème semble lié au fait qu'il n'y a aucun contre-pouvoir , là aussi….
CONCLUSION :
Toute mon admiration à ces conseillers ministériels et de la sécurité sociale qui, s'ils n'y connaissent rien en médecine sont les rois de la calculette et des coups fourrés pour effectuer des économies sur le dos des professionnels de la santé.  Encore un coup gagnant......
Tags : Billet d’humeur, honoraire, vaccination
Vivement le vaccin par spray nasal...
 
Commentaire
cf
10/03/2015
Lors de sa conférence de presse sur le projet de loi de santé qu'elle a tenue le 9 mars, la ministre de la Santé a expliqué que sa seule préoccupation était d’améliorer la couverture vaccinale du pays. « Face à ce défi, de très nombreux pays permettent aux pharmaciens de pratiquer la vaccination. Cette mesure provoque des oppositions en France. Je dis donc "expérimentons !" pour voir quels sont les modèles qui pourraient se mettre en place pour faciliter l’accès à la vaccination. », annonce-t-elle.
cf
09/03/2015
"Les pharmaciens d'officine peuvent pratiquer des vaccinations" prévoit l'article 32 du projet de loi de santé qui sera examiné par les parlementaires en 2015.. Le suivi des vaccination est déjà associé au DP. La FSPF et le Conseil de l'ordre se sont prononcés pour cette vaccination en officine. C'est inscrit noir sur blanc dans les publications de l Ordre .... OG, vous n'avez pas les mêmes infos que tout le monde....La vaccination , c'est fait.......suivi et acte d'injection seront du domaine de la pharmacie....
OG
28/02/2015
IL ne faut pas être obtus, mais il faudra tout de même être particulièrement vigilant. Cf par exemple cet extrait d'un article du journal international de médecine : "La Cour d’appel de Metz a ainsi retenu la responsabilité d’une infirmière qui n’avait pas pris toutes les précautions nécessaires pour maîtriser un enfant de sept ans avant une injection, ce qui a conduit à une mauvaise piqûre, entrainant la paralysie du nerf sciatique". Ne pas fuir lâchement devant la tâche mais ne pas s'engager inconsciemment....
og
27/02/2015
à jfl : cf votre publication sur le DP : oui et alors ? entre surveillance et injection, il y a une marge considérable... cf ce que je vous ai répondu sur les AVK, surveillance de la tension....
NB
27/02/2015
pour info / Mr fontaine à l.moreau A VOIR Vaccination en officine : les patients veulent plus de confidentialité http://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/150226-vaccination-en-officine-les-patients-veulent-plus-de-confidentialite.html
jlf
27/02/2015
Un décret paru ce jour ( 27/02/2015) au « Journal officiel » porte à 21 ans le délai durant lequel les données inscrites au Dossier Pharmaceutique (DP) lors de la délivrance des vaccins seront conservées et accessibles par le pharmacien d’officine (ou de PUI). À ce délai, s’ajoute un délai supplémentaire de 32 mois durant lequel ces données seront archivées par l’hébergeur. Cet archivage vise à permettre d’informer les patients sur leurs vaccinations et, en cas d’alerte sanitaire relative à un vaccin, d’informer les patients auxquels ce vaccin a été dispensé. - Ca y est , ce n'est plus de la science fiction... ..
Jlf
25/02/2015
Ces infos sont dans le journal de l ordre numéro 42 de decembre 2014, assurant que le DP va intégrer le suivi des vaccinations
OG
25/02/2015
Je ne suis pas d'accord avec vous JLF. Vous prenez pour argent comptant ce que dit la presse et considérer comme définitif un texte qui n'existe pas encore. Pour être acceptable et viable, je maintiens que la vaccination ne devrait concerner que le renouvellement de la grippe et que l'on ne doit s'engager dans rien d'autre. Et au lieu de faire des sondages fallacieux sur l'ouverture du capital et l'avenir de la profession, les syndicats feraient mieux de s'occuper de cette actualité brûlante et de PROPOSER un texte cohérent et acceptable et non pas attendre de voir ce que le gouvernement va pondre pour ensuite encore subir et pleurer que l'on n'a rien pu faire.... mais cela c'est une autre histoire. A titre de comparaison, vous avez le droit de prendre une tension mais pas de modifier un traitement antihypertenseur. Vous devez orienter le patient chez son médecin si son INR est mauvais mais toucher à la posologie vous-même. Donc je ne vois pas pourquoi faire un vaccin antigrippal nous obligerait de facto à pratiquer toutes les vaccinations... Encore une fois, c'est une question de décret qu'il faut préparer et non subir !!!!
jl f
25/02/2015
Vous avez tout faux , O.G....... Si on accepte de vacciner contre la grippe, il sera difficile de refuser de pratiquer l'injection lors des prescriptions des autres vaccins, sur demande du patient.....De toute façon,iI est prévu à terme ,de donner la surveillance et la gestion de toutes les vaccinations aux pharmaciens comme le souligne le Conseil de l'Ordre grâce au DP : On peut lire dans la presse "La couverture vaccinale de la population française reste encore insuffisante et selon l’Institut de veille sanitaire (INVS), les objectifs de santé publique ne sont pas atteints pour la plupart des vaccinations. L’intégration des données de vaccination des patients à l’outil DP va permettre aux pharmaciens de connaître l’historique de leurs patients et de leur faire part grâce à l’ouverture automatique d’une fenêtre « pop up » lors de la consultation de leur dossier, de la nécessité imminente d’un vaccin ou d’un rappel. Il est prévu que l’outil DP -Vaccination conserverait les données de chaque patient durant 25 ans, pour un meilleur suivi de la couverture vaccinale ." Tout est donc en place pour changer rapidement de "culture" grâce (ou à cause, selon vos convictions) du DP.
OG
25/02/2015
Arrêtez de vous poser des questions qui ne se posent pas ! Le seul acte envisageable en officine est la vaccination antigrippale EN RENOUVELLEMENT UNIQUEMENT, sur présentation du bon pour un vaccin que vous délivrerez vous-même. Accepter autre chose serait stupide !! Pourquoi ne pas imaginer non plus un patient qui achèterait son vaccin chez un pharmacien qui ne pratiquerait pas l'injection et qui irait recevoir ladite injection chez un autre pharmacien. Alors n'imaginez pas remplir des questionnaires, certificats... que les médecins ou infirmiers ne remplissent pas eux-mêmes. On ne va pas inventer des règles discriminatoires pour nous qui enterrerait dans l'œuf un projet pourtant intéressant. Mais tout le monde doit parler de la même chose !! La grippe uniquement en renouvellement et rien de plus !!!! Et ne pensez pas non plus aux autres pays qui n'ont ni la même "culture" ni le même mode de fonctionnement que nous.
Madame Irma
25/02/2015
Cher Mr Peyret,que d'animosité envers moi , qui sauf erreur de lecture,partage totalement votre avis, à savoir que pratiquer la vaccination en officine va redorer un peu l'image mercantile de notre profession.... Par contre ,votre argumentaire qu'il faut "partager entre différents acteurs de santé certains actes pour pallier le manque de médecins qui ne va que s'agraver " est déplorable... et très néfaste pour la profession.... Cela signifie que les officinaux ont du temps libre et ont les moyens de prendre en charge les missions des autres professionnels de santé.....Alors que les syndicats , groupements, enseignes cherchent des financements sécu pour assurer ces nouvelles missions ,de suivis et de dépistages médicaux que l'on peut et pourra assurer en officine, accepter sans broncher des nouvelles tâches, telles que la vaccination en officine, et gratuitement , concurrence oblige, ne doit pas apparaitre comme une aubaine , sauf si vos revenus et moyens sont très conséquents, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Avec les baisses de prix constantes sur le remboursable, la disparition progressive des remises sur les génériques, l'officine moyenne a besoin de revenus supplémentaires, pas de travail supplémentaire, sur le dos des autres professionnels de santé qui plus est.... 10 millions de doses de vaccins offertes pour les personnes fragiles ,plus les quelques millions de volontaires qui paient leur vaccin, à raison de 10 minutes par acte de vaccination, cela finira par chiffrer au niveau de l 'officine, non ? Cette nouvelle mission va s'avérer particulièrement chronophage et coûteuse pour les pharmaciens, qui rebutent déjà à effectuer les entretiens pharmaceutiques sur les avk et l'asthme pas assez rentables. Il est donc probable, comme le soulignait mon billet d'humeur, qu'une nouvelle guerre des services intervienne rapidement avec cette vaccination,Cette guerre va affaiblir encore le réseau, au bénéfice des pharmacies des plus rentables . Certes cela va faire quelques heureux, mais sûrement pas la majorité des officinaux, qui reste à mon goût trop silencieuse.., avis qui a l'air de vous irriter particulièrement. Be cool ,cher confrère.., ce billet d'humeur n'est peut-être pas prémonitoire, je ne suis pas Madame Irma mais ....peut-être que si...
BEAUJOIN BRUNO
24/02/2015
tres bonne analyse,je la partage complètement. plus de service medical,moins de mercantilisme
JLB
23/02/2015
Vous posez quelques bonnes questions, puissent nos grandes instances en faire autant et apporter les bonnes reponses avant de signer ENCORE n'importe quoi!!!
LEBORGNE Gérard
23/02/2015
Pour la vaccination antigrippale; les plus pénalisés seront dans tous les cas les infirmières et les infirmiers; C'est un acte que le médecin et le pharmacien pourrait se passer !!!
PEYRET VINCENT
23/02/2015
Mais qui est l'auteur de cette prose ? aucune signature...! en tous cas il dresse en filigrane un auto-portrait peu flatteur : celui d'un un "mouton" aigri qui s'auto-flagelle et qui fustige "sa profession" faute de n'avoir pu en choisir une autre. Je trouve cela assez triste pour ma part. J'ose espérer que tous les pharmaciens ne sont pas des "ratés" autoproclamés et qu'une majorité d'entre eux sauront voir dans cette proposition de vaccination une évolution naturelle de leur profession, intéressante pour la société comme pour eux-mêmes opérant ainsi un recentrage de leur statut de professionnel de santé. bien sûr quelques questions pratiques se posent, mais rien d'insurmontable. La prise de mesure tensionnelle ou les dépistages que j'espère vous pratiquez déjà vous choquent-ils ? Sont-ils des actes "médicaux" réservés aux docteurs en médecine ?? En ce qui me concerne la "para" ne m'interesse guère, aucun "solde" chez moi...en revanche une pratique de sante qui évolue dans le bon sens vers un certain nombres d'actes partagés entre différents acteurs de santé pour pallier le manque de médecins qui ne va que s'agraver...oui ça m'interesse ! et les patients/clients (le fait de parler de patients n'empêche pas le mercantilisme....) attendent aussi ça de nous. Allons cher(e) confrère(soeur) il faut se resaisir !!
Ajouter un commentaire