Vive réaction de la FSPF à la présentation des comptes sociaux

La présentation des comptes sociaux en date du 29 septembre par Olivier VERAN, ministre des Solidarités et de la Santé, au cours de la Commission des Comptes de la Sécurité sociale, a suscité de vives réactions de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF) qui voit dans les mesures d’économies récentes et à venir « une punition financière du réseau officinal ».
La Fédération dresse une analyse sévère des comptes sociaux dont selon ses propos « l’impact sur l’économie de l’officine s’élève à 285 millions d’euros, une perte moyenne de 1 100 € par mois pour les 22 000 officines restantes sur le territoire qui va peser sur les ressources des 26 500 pharmaciens libéraux et obère les perspectives d’évolution salariale des 120 000 salariés de l’officine, préparateurs et pharmaciens adjoints ».
Le calcul de la FSPF s’appuie sur : la révision à la baisse du montant des honoraires complexes qui coûterait 60 millions d’euros à l’officine, l’absence de compensation du déremboursement de l’homéopathie source d’une réduction de la rémunération règlementée de 120 millions d’euros et la réduction des délais d’écoulement de stock des médicaments en cas de baisse de prix de 30 à 18 jours avec un impact de 45 millions d’euros. A ces mesures, précise la FSPF « s’ajoute l’impact des nouvelles économies réalisées via les baisses des prix des médicaments et les craintes de déstabilisation liée à l’article 66 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 ». Face à une situation inédite, et alors que la profession s’est montrée exemplaire « dans l’effort de guerre sanitaire » au service des Français, la FSPF demande que soit fournie au Parlement une étude d’impact sur l’économie de l’officine des mesures de la LFSS 2020 et du PLFSS 2021 « afin que soient prises les mesures correctives nécessaires ».

Source : FSPF 29/09/2020
Commentaire
arnaud
03/10/2020
Mais Messieurs de la FSPF, n'avez vous donc pas encore compris que vos superbes honoraires rendent les baisses bien plus simples à gérer ? Que nous sommes les seuls sur qui on tape ? Que vous êtes les seuls à proposer de réaliser des missions gratuites là où médecins et infirmiers demandent les garanties de paiement avant d'accepter le boulot ? On est le samedi 3 octobre et les arrêtés de paiement des masques issus de nos propres stocks ne sont toujours pas parus, et vous trouvez cela normal ? Ces baisses n'etonnent que vous...
FM33
02/10/2020
Merci pour la lucidité de mon confrère Pasdupe. J’ai le même ressenti.
ledoc84
02/10/2020
Taillables et corvéables à merci ! Rien de neuf sous le soleil ! La prochaine fois ils pourront se "gratter" pour la distribution gratuite de tel ou tel produit de première nécessité (masques, etc...). A ben non, on retendra l'autre joue !
pasdupe
02/10/2020
La profession n'a que ce qu'elle mérite, tant elle est corvéable et servile à merci, et si mal défendue par 2 syndicats qui jouent entre eux sans arrêt à la guéguerre au lieu de taper du point et refuser toute perte de revenu... Mais on a bien négocié se félicite l'un (comme d'hab). Mais l'augmentation de la baisse pourrait être pire, martèle l'autre... Tristes sires... Pour compenser tout cela, des nouvelles missions pour jouer à l'infirmier, au docteur, et surveiller les patients... Cela rapportera pratiquement rien financièrement et sera si chronophage que l'on acceptera bientôt qu'Amazone se charge de la distribution du médicament à notre place... Télémédecine pour remplacer les médecins, Amazone pour remplacer les officinaux... Voilà l'avenir... 5000 laboratoires d'analyse médicale en 2008 et moins de 900 en 2020... Qui s'en plaint... Bientôt le même résultat pour la pharmacie avec la bénédiction des syndicats, vu la taille du gâteau qui devient peau de chagrin... Bonnes soldes aux survivants.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires