Prescrire remet en cause deux types de compléments alimentaires

Des études ont déjà remis en cause leur efficacité, cette fois, la revue Prescrire alerte sur les dangers des compléments alimentaires contenant de la vinpocétine qui peuvent provoquer des malformations congénitales graves, et ceux à base de curcuma, associés à de graves atteintes hépatiques.
En juin 2019, l’agence américaine du médicament (FDA), a publié sur son site une alerte concernant les produits à base de vinpocétine. Chez la femme enceinte, ils peuvent augmenter le risque de fausse couche ou altérer le développement du fœtus. Le produit est fabriqué à partir de vincamine, une substance issue de la petite pervenche. Il est utilisé pour ces propriétés supposées améliorer les performances cognitives, booster l’énergie et réduire la graisse corporelle. Les effets indésirables dangereux de ces complémentaires ont été prouvé dans des études sur l’animal.
La revue Prescrire présente également les résultats d’un rapport italien sur les compléments alimentaires à base de curcuma. 27 cas d’hépatite aigüe, survenus en novembre 2018 et juin 2019, sont associés à la prise de ces produits. En 2009, des cas similaires ont été enregistrés en Suède et en Norvège.
Dans une vaste étude sur 120 compléments alimentaires publiée en octobre 2019, le magazine 60 millions de consommateurs conclut que la plupart d’entre eux sont inutiles, voire dangereux. Les études scientifiques prouvant leur efficacité sont rares, et ils contiennent souvent des additifs dangereux. D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire, près de 30 % des 18-79 ans ont consommé des compléments alimentaires entre 2014 et 2015.

Source : Pourquoi Docteur 16/02/2020
Commentaire
DE SARRIEU MICHEL
19/02/2020
Pour info : la Vinpocétine est interdite dans les compléments alimentaires en France. L'Italie n'a pas encore trouvé de relation de cause à effet pour les atteintes hépatiques soupçonnées après prise de curcuma. Apparemment "Prescrire" s'est un peu pressé !
Ajouter un commentaire