Les Académies de médecine et de pharmacie contre l’homéopathie

Les Académies de médecine et de pharmacie publient un communiqué commun réclamant la fin du remboursement de l’homéopathie et de son enseignement en facultés de médecine et pharmacie.
L’Académie de médecine a voté hier après-midi, par 58 voix pour (16 contre, 8 abstentions) un communiqué cosigné avec l’Académie de pharmacie pour réaffirmer ses positions sur l’homéopathie. Si les académiciens de médecine se sont exprimés à plusieurs reprises sur le sujet, c’est la première fois que leurs collègues pharmaciens prennent officiellement position. Le communiqué rappelle que « L’état des données scientifiques ne permet de vérifier » aucun des principes de l’homéopathie (similitude et hautes dilutions), et « les méta-analyses n’ont pas permis de démontrer une efficacité des préparations homéopathiques ». Prenant soin dans leur texte de ne jamais qualifier l’homéopathie de « médecine », le groupe de travail créé en juin dernier affirme même qu’il n’est pas acceptable de la qualifier de « médecine alternative ».
Au cœur de ces prises de position et des débats qui les ont précédé : en finir avec le remboursement de l’homéopathie par la Sécurité sociale ; avoir conscience, si l’on en prescrit, qu’il s’agit d’un placebo et en informer le patient ; indiquer sur le conditionnement qu’aucune efficacité n’est scientifiquement prouvée ; ne plus délivrer de diplôme universitaire dédié en faculté de médecine, de pharmacie ou école vétérinaire. 
Des sondages montrent que les Français y sont favorables et l’utilisent, les médecins la prescrivent, l’hôpital l’intègre à son offre de soins mais pour les deux académies, il existe des « données sociétales » qu’elles « ne peuvent ignorer » comme celle d’un effet placebo sous-estimé, seule explication possible mais suffisante des effets de l’homéopathie.

Source : Le Figaro Santé 26/02/2019 
Commentaire
JPM
28/03/2019
@Michel SIFFRE ......... Non, TOUS les médicaments n'ont pas un effet placebo. Certains oui, mais les études ayant été menées VS placebo, l'obtention de l'AMM dépend uniquement de cette action réelle et mesurable. ICI ON PARLE DES MEDICAMENTS N'AYANT QU'UN EFFET PLACEBO. La société (vous et moi) n'a pas à financer ce folklore pseudo-médical encore moins à cautionner ces allégations fantaisistes. S'agissant de ces indications, elles figurent avec précision sur la notice et sont validées lors de l'AMM. Nous avons l’opportunité de redorer notre blason et de faire le ménage parmi toutes les babioles qui encombrent nos présentoirs (Fleurs de Bach, Sels de Schussler, Rescue, Anaca 3, Somatoline, etc…) et ternissent notre image. INTERDISONS L’UTILISATION DU MOT « PHARMACIE » seul ou rattaché (PARA-PHARMACIE) pour toute activité ne relevant pas de notre monopole officinal. L’ORDRE DOIT SAISIR CETTE OCCASION ! La Ministre de tutelle, elle-même professionnelle de santé, comprendra parfaitement cette exigence dont la mise en œuvre est parfaitement simple. La législation se base sur la définition du médicament « par présentation ». Son utilisation frauduleuse est simple à condamner, encore faut-il qu’il y ait un plaignant. L’ORDRE DOIT SE PORTER PLAIGNANT.
JPM
27/03/2019
Eh bien voilà, on y arrive! La Pharmacie rentre dans l'âge adulte. Il n'y a plus qu'à faire de même avec les "compléments alimentaires vendus en pharmacie et parapharmacie (!?...)" et on sera de nouveau des scientifiques crédibles. Par la même occasion faire un procès aux fabricants qui utilisent abusivement le mot "pharmacie" sans obtention d'AMM et/ou accord explicite de l'Ordre des Pharmaciens.
SIFFRE Michel
27/03/2019
Tous les médicaments ayant un effet placebo, ce qui est reconnu, il faut donc tout dérembourser.... Déremboursement = prix multiplié par 3 au moins. Du coup, on prive les moins à l’aise financièrement D’une thérapeutique sans effets secondaires : les vieux académiciens s’en contrefichent du haut de leur chaire !
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires