L’addiction aux opiacés : 1ère cause de mort par overdose en France

La première cause de mort par overdose en France n’a pas pour origine l’absorption de drogues illégales mais celle de médicaments prescrits pour soulager la douleur des patients. Avec plus de 500 décès chaque année, les traitements opiacés tuent davantage que l’héroïne et la méthadone réunies, chiffre certainement sous-évalué de l’aveu des spécialistes.
Le fléau est encore loin d’atteindre le stade pandémique des Etats-Unis où en 2017, plus de 48 000 patients ont succombé à une surdose d’antalgiques. « L’ampleur est telle que des études font un lien direct avec le recul de l’espérance de vie aux Etats-Unis, un phénomène inédit depuis la seconde guerre mondiale dans un pays développé ».
Si la France reste, jusqu’à présent, relativement épargnée, c’est que la publicité pour les médicaments est beaucoup plus réglementée qu’aux Etats-Unis. Par ailleurs, les prescriptions sont plus encadrées, les antalgiques les plus puissants étant classés comme stupéfiants. La France a aussi traditionnellement une approche des traitements antidouleurs plus restrictive que les pays anglo-saxons. Toutefois, depuis 2000, en France, le nombre de morts par opiacés a augmenté de 172 %, les hospitalisations ont été multipliées par trois et, en moins de quinze ans, les ventes d’Oxycodone, l’un des principaux produits responsables de l’épidémie américaine, ont bondi de 1 950 %.
Cette évolution spectaculaire doit sonner comme un véritable signal d’alerte. Les patients doivent être mieux informés sur les risques d’addiction auxquels ils s’exposent et les médecins généralistes doivent être davantage sensibilisés. Cette prévention est d’autant plus nécessaire qu’il ne faudrait pas tomber dans une diabolisation du traitement de la douleur, alors que l’arsenal thérapeutique reste relativement limité.

Source : Le Monde 16/10/2018
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire