Signature d'un accord Pharmaciens d'officine / HAD

La FSPF, l’USPO et la FNEHAD ont signé un nouvel accord-cadre pour un partenariat entre pharmaciens d’officine et structures d’hospitalisation à domicile le 24 mai.
Cet accord marque l’engagement commun des syndicats et de la fédération pour que se développe, entre pharmaciens d’officines et structures d’HAD, un partenariat durable et efficace, respectueux de leurs obligations respectives et au plus proche des besoins du patient.
L’accord prévoit notamment que soient menées des études et expérimentations afin de valoriser les organisations améliorant le service au patient, telles que la préparation des doses à administrer et la dispensation à domicile par le pharmacien d’officine ou s’inscrivant dans des pratiques innovantes telle que la dématérialisation de la facturation.
Cet accord remplace celui conclu en 2009 par les mêmes organisations, ses rédacteurs ayant pour objectifs de le simplifier et de tenir compte des nombreuses évolutions intervenues depuis neuf ans dans la pratique officinale comme dans le champ de l’HAD.
« Il était indispensable de fournir aux pharmaciens et aux professionnels de l’HAD un cadre de référence parfaitement en phase avec les pratiques actuelles, marquées encore récemment par la mise en œuvre des Contrats d’amélioration de la qualité et de l’efficience des soins », déclare le Dr Elisabeth HUBERT, présidente de la FNEHAD. « Sur les dix dernières années, l’activité d’HAD a beaucoup évolué en volume et en nature, et l’amélioration du circuit du médicament est une exigence croissante pour les établissements de santé, démarche qui nécessite la mobilisation constante et la coopération de tous les professionnels ».
Cet accord prévoit également une convention type entre pharmacien titulaire d’officine et établissement d’HAD qui précise les obligations des parties et un modèle de lettre de mission.
« Dans le cadre de l’évolution du métier de pharmacien d’officine, l’accompagnement des patients, le bon usage, le renforcement de l’observance et la lutte contre l’iatrogénie sont des priorités bien identifiées par les pouvoirs publics. Les patients en HAD, particulièrement fragiles, doivent pouvoir bénéficier de cet accompagnement par les pharmaciens d’officine », selon Gilles BONNEFOND, président de l’USPO et Philippe GAERTNER, président de la FSPF. 

Source : FSPF 01/06/2018
Commentaire
G.D.
08/06/2018
Il me semble pourtant qu'il y a une tolérance en cas d'absences pour : livraison à domicile, rdv à la banque, entrée ou sortie d'école des enfants du titulaire, rdv médical, et probablement même rdv chez le coiffeur. Quelqu'un pour confirmer ?
R.V.
05/06/2018
A G.D. et Marie-Odile : Pas de tolérance : les textes sont clairs . Posez la question à votre "pharmacien "-inspecteur . Par contre intolérance totale . Marie-Odile : je livre très souvent entre midi et 14 h et le soir après 19h30 . Je ne mange quasiment que des sandwich SNCF . Rarement un repas chaud . Est-ce normal ? Pourquoi ne pas travailler 24h/24h , je n'en suis pas loin .Je suis devenu une sorte d'esclave des autres , à force d'interdictions , de menaces , de pressions de toute part . Les médecins , eux , ont vraiment la belle vie : aucune pression , aucune inspection . Et nos syndicats sont complément indifférents et sourds . Première chose à faire : supprimer les inspections pour travailler sereinement . Ou alors inspecter aussi les docteurs ( et là, surprise ! des réfrigérateurs qui chauffent par exemple ; aucun suivi de températures , etc...).Aberration totale! On pourrit la vie des uns et on encense les autres .Quel foutoir ! C'est mon point de vue de forçat . Personne n'est obligé d'être d'accord avec moi , bien sûr .
michel siffre
04/06/2018
L'accord prévoit-il l'abandon d'utilisation des PUI par certaines HAD ??? Prévoit-il que l'on n'enlève pas le matériel du pharmacien déjà en place ???
Marie-Odile MARCHAL
04/06/2018
La dispensation à domicile peut aussi se faire en dehors des heures d'ouverture de l'officine........
Cf
04/06/2018
La concurrence basée sur la guerre des services ( réservés aux plus nantis) sera plus rentable que la concurrence basée sur les soldes médicamenteuses, qui n'a pas assez déduit le réseau.. Merci aux 2 présidents de signer de nouveaux contrats réservés à nos hyper-officines dont le nombre d'assistants, imposé à cause de la vente de para, était jusque là, trop important pour la seule dispensation d'ordonnances..
G.D.
04/06/2018
Il me semble pourtant qu'il y a une tolérance en cas d'absences pour : livraison à domicile, rdv à la banque, entrée ou sortie d'école des enfants du titulaire, rdv médical, et probablement même rdv chez le coiffeur. Quelqu'un pour confirmer ?
R.V.
04/06/2018
Dispensation à domicile ???? Les inspecteurs de l'ARS vont se régaler !Les gros sont encore favorisés ! Etant donné qu'il est strictement interdit à tout pharmacien n'ayant pas d'adjoint, de quitter son officine (sauf en la fermant), ce système exclut d'emblée toutes les petites pharmacies. Encore un bel exemple de confraternité et de solidarité. Faites donc autoriser l'absence du titulaire même s'il n'a pas d'adjoint .Ensuite on verra. Les médecins laissent bien leurs stagiaires seuls! Et personne n'a à redire. Tout cela montre bien à quel point les représentants syndicaux ne connaissent rien de la réalité ou ont tous de nombreux adjoints. Tant mieux pour eux.
Ajouter un commentaire